:: Avant toutes choses :: RefontePartagez | 

 Vieil essai contexte

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

Fonda (folle,) sadique & Yokaï des Illusions instable
avatar
Afficher les informations sur le joueur et le personnage
Masquer les informations sur le joueur et le personnage
Age réel :
20
Messages :
706
Localisation :
Je suis nulle part et partout. Je suis là où le Vent me mène
Fiche de présentation :
http://origin.forumgratuit.fr/t8-vous-avez-dis-psychopathe-moi-je-vous-repond-kamyu-y-a-pas-mieux
Livre du destin :
http://origin.forumgratuit.fr/t69-le-livre-de-kamyu-le-destin-tourmente-d-une-jeune-ame
Âge de votre personnage :
13
Compagnon :
Kazemi, une jeune phénix bleue
Possessions :
Une robe, une cape en guise de vêtements. Une faux noire, Crystal Dark, ainsi que deux dagues avec des fourreaux reliés à deux lanières de cuir qui forment une ceinture, son pendentif, une carte offerte par Pandore, un bâton retrouvé dans sa main un beau matin, la cape de Redstorm et c'est tout.
Savoirs :
- Chasse [http://origin.forumgratuit.fr/t62-que-de-salles-quete-de-kamyu]
- Magie de soin [http://origin.forumgratuit.fr/t81-fais-ce-que-tu-veux-apres-tout-ce-n-est-pas-mon-corps]
- Poisons et antidotes (basique) [http://origin.forumgratuit.fr/t100-trefonds-tenebreux-et-farfelue-foret-morghhur-et-kamyu]
- Cuisine [http://origin.forumgratuit.fr/t104-brise-casserole-kamyu#989]
- Chant (humain et loup) [http://origin.forumgratuit.fr/t107p20-l-aria-de-l-ame-quete-kamyu]
Niveau :
4
Expérience :
1
Date d'inscription :
21/06/2013
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://origin.forumgratuit.fr
Posté le Mer 11 Oct - 18:53.
Une goutte tombe. Plic ! L'écho se propage dans l'air, de la même façon qu'une vague naît là où la goutte est tombée. Une vague circulaire, à peine perceptible, jamais doublée, qui s'étend toujours régulièrement, s'écartant et mourant sur le rebord.
Une vague. Ils n'avaient rien été de plus.
Une simple goutte déposée là, avec pour unique vocation de lisser une surface déjà lisse, pendant que les profondeurs étaient animées de noirs remous, invisibles à moins d'y plonger pour ne jamais plus en remonter. Ils ne purent imposer cela. Ils sont la goutte, la pointe de la flèche dont on ignore tout, que l'on contemple seulement lorsqu'elle vous frôle.

Nous avons été oubliés. Et pourtant, nous sommes les chaînes, les boucliers. Peu d'entre nous sont encore là. Seuls restent nos descendants, mais combien se sont intéressés à notre histoire ? Bien trop peu. Nous-mêmes avons essayé de l'oublier, après ce jour. J'ai vu nombre de nos Enfants, parmi les plus prometteurs, nous interroger et nous écouter patiemment, puis partir. De ceux qui sont revenus, combien au-je vu mourir dans nos bras ? Combien avons-nous dû traquer et tuer avec ces armes-mêmes que Mères nous ont offertes, que nous avions juré de ne dégainer plus que dans une seule circonstance ?

Pourtant, nous ne devons jamais oublier. Nous n'avons le droit d'oublier aucun de leurs visages, aucun de leurs noms, aucun des évènements qui nous ont conduit jusqu'ici. Nous ne sommes pas entièrement de ce monde, nous ne sommes pas vraimment de simples Humains. Nous avons quelque chose de plus, que ceux qui ne partagent pas notre sang ont rarement acquis, et que nos descendants n'ont pas toujours. Des Dons, cadeaux de nos Mères, pour que nous puissions devenir et endurer ce que nous sommes aujourd'hui.

J'ai aujourd'hui XXX (à définir) ans, et j'ai vu tant de mes camarades mourir que je ne saurais tous les citer. Nous sommes nés quelque part en ce monde, certains sur les montagnes, d'autres dans les plaines ou forêts, certains même dans les lacs et rivières. Nous n'étions pas deux à nous ressembler, et pourtant nous étions tous similaires. Nous ne connaissions rien de nous-mêmes et du monde, notre première tâche fut de le découvrir.

Combien d'erreurs avons-nous fait, combien de coups nous sommes-nous prit et combien n'ont jamais vu le monde ? il y a encore tant de choses que nous ignorons, mais désormais, nous en avons conscience. La seconde chose que nous avons dû faire, était de comprendre ce monde et d'y trouver notre place. Et rester chasser en forêt s'est rarement avéré payant, même si je ne suis pas la seule à préférer cette option.

Et la dernière chose que nous dûmes faire, fut... Vivre. Mais cela comporte pour nous bien plus que vous ne le pensez. Nous sommes les Clans, et si nous ne partageons pas toujours le même sang, notre parentée à Mère est indéniable. Des cheveux de jais ou de feu, des yeux d'argent ou d'émeraude. Une peau d'albâtre ou d'or. Mais il faut le savoir, et nous n'aimons pas livrer nos secrets, nous autres Enfants, à ceux qui n'en sont pas.

Car notre époque est troublée par trop de vents différents, nos pouvoirs sont convoités, alors que chacun de nos morts menace davantage la stabilité du monde.
Nous ne pouvons LE garder éternellement... Nos Enfants ne sont pas prêts.

Ceci ne sera pas notre histoire, mais celle que nous aurions voulu épargner à nos Enfants.






Contemplez, jeunes Âmes. Voici Heïka, votre monde, et moi, Altaïr, en ai déjà vu davantage que vous ne devinerez jamais.

Les années sont sont écoulées plus vite pour moi que les grains de sable de vos sabliers. Pourtant, votre petit monde n'a pas beaucoup changé.
Je vois toujours les cinq maisons nobles humaines qui mènent les leurs comme des moutons, pendant que vous exposez les ondins et rejetez tout ce qui ne vous ressemble et ne peut vous servir de modèle.
Je vois toujours la monarchie des « êtres de lumière », dirigeant uniquement les leurs, méprisant les autres et cherchant extermination de leur opposé.
Je vois toujours les multiples clans des « Êtres de ténèbres », tantôt hommes-oiseaux, hommes-renards, tantôt se parant uniquement d'ailes et de cornes, luttant sans fin pour un instant de répis dans les profondeurs des sombres terres dont ils ont toujours dû s'accomoder.
Je vois toujours les inombrables galeries naines, remplies de leurs ouvrages, et leur lutte contre les tribus elfes, protecteurs de leurs propres conceptes, de beauté, de manière de vivre et d'autres encore.
Je vois toujours nombre d'espèces méconnues, comme les gobelins cachés dans les cavernes, les hommes-bêtes arpentant les profondeurs de vos forêts, les dryades chérir leurs arbres-mères et leurs forêts, et nombre de créatures dont vous ne soupçonnez même pas l'existance, et qu'il ne vous dérangerait guère de croiser tant que ce n'est pas pour finir embroché.

Les structures de vos sociétés n'ont guère changés. Seules ces dernières années ont porté un vent de renouveau, avec la venu d'êtres similaires en tout point à ceux que vous connaissiez déjà ou que vous ne connaissez pas encore, et dont vous ignoriez pourtant tout. Les Enfants, c'est ainsi qu'on les a nommés, c'est ainsi qu'ils se désignent encore, et rares sont ceux parmi vous, Habitants d'Heïka, qui les connaissent sous ce nom. Nouveaux Mages, Grands Mages, Apôtres parfois, Elus, et j'en passe encore. Vous leur avez trouvé des noms bien stupides, cherchant à comprendre ce qu'ils sont. Et désormais, vos dirigents tentent tantôt de cohabiter avec eux, tantôt de les utiliser, tantôt d'établir de sanglants partenariats avec eux. Rares sont ceux qui les laissent vivre leurs vies comme ils l'entendent. Ils ont pourtant gagné ce droit, pour eux-mêmes et leurs descendants que vous approchez désormais, lors de quelques tragiques batailles des siècles passés. J'ose espérer que vous ne ferez pas l'irréparable. Leur combat est loin d'être achevé. Et leur mission est vouée à éternellement se transmettre. C'est ce point de vue que j'ai, moi, Dragon millénaire qui a encore autant à vivre que je n'ai déjà vécu. Je continuerai de vous observer, et qui sait, certains d'entre vous bénéficieront peut-être de mes conseils et de mes vieux radotages, comme certains de vos ancêtres sont venus chercher ? Vivez, enfants d'Heïka. Ce monde est vôtre, tant que vous ne le saccagez pas, et n'attisez la haine et la colère de ses piliers.


Vieil essai contexte
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» le vieil indien
» [Mercenaires] Premier essai de liste
» Premier véritable essai couture à la main.
» [recherche] maison de retraite pour vieil aigri
» Contexte # Dans quel contexte vivons nous ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Origin :: Avant toutes choses :: Refonte-