:: Le Monde :: Le Continent Kajitsumi :: Les Terres de Solterhâ :: La Terre du NordPartagez | 

 A court de munitions ! [Libre]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant

Fonda (folle,) sadique & Yokaï des Illusions instable
avatar
Afficher les informations sur le joueur et le personnage
Masquer les informations sur le joueur et le personnage
Age réel :
20
Messages :
707
Localisation :
Je suis nulle part et partout. Je suis là où le Vent me mène
Fiche de présentation :
http://origin.forumgratuit.fr/t8-vous-avez-dis-psychopathe-moi-je-vous-repond-kamyu-y-a-pas-mieux
Livre du destin :
http://origin.forumgratuit.fr/t69-le-livre-de-kamyu-le-destin-tourmente-d-une-jeune-ame
Âge de votre personnage :
13
Compagnon :
Kazemi, une jeune phénix bleue
Possessions :
Une robe, une cape en guise de vêtements. Une faux noire, Crystal Dark, ainsi que deux dagues avec des fourreaux reliés à deux lanières de cuir qui forment une ceinture, son pendentif, une carte offerte par Pandore, un bâton retrouvé dans sa main un beau matin, la cape de Redstorm et c'est tout.
Savoirs :
- Chasse [http://origin.forumgratuit.fr/t62-que-de-salles-quete-de-kamyu]
- Magie de soin [http://origin.forumgratuit.fr/t81-fais-ce-que-tu-veux-apres-tout-ce-n-est-pas-mon-corps]
- Poisons et antidotes (basique) [http://origin.forumgratuit.fr/t100-trefonds-tenebreux-et-farfelue-foret-morghhur-et-kamyu]
- Cuisine [http://origin.forumgratuit.fr/t104-brise-casserole-kamyu#989]
- Chant (humain et loup) [http://origin.forumgratuit.fr/t107p20-l-aria-de-l-ame-quete-kamyu]
Niveau :
4
Expérience :
1
Date d'inscription :
21/06/2013
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://origin.forumgratuit.fr
Posté le Dim 29 Mar - 2:05.
Je marchais, titubante, sous ce soleil de plomb. Ma cape enroulée autour de moi et le capuchon rabattu, protégeant mon faible corps des rayons de cet astre ô tant haï, recouvrait même mes ailes, que je regardais repliées contre mon dos. Qui y prêtait attention devinerait la présence d'une faux e dessous de ma cape. J'avais trouvé, dans mon périple précédent, en forêt, des lianes qui m'avaient servi à l'attacher dans mon dos. Même Kazemi, qui auparavant voletait autour de moi, s'éloignant parfois pour revenir un peu plus tard, avait décidé de se poser sur mon épaule, dessous le capuchon, et de n'y plus bouger. Non, décidément, il faisait trop chaud. Je ne savais pas depuis combien de temps je marchais, et ça m'était bien égal. Je ne savais pas qui j'étais, ni même ce que j'étais. Ces mains avaient massacré ces personnes, et pourtant.. Je secoua légèrement la tête, je n'avais pas suffisamment de forces en réserve pour faire plus. Depuis que j'avais rencontré ces deux Démons, Chronos et Utopie, je n'avais pas rencontré âme qui vive. A part, bien sûr, les plantes et créatures divers qui peuplaient la forêt que j'avais traversé, tout ce temps. Mon corps entier me faisait mal, à commencer par ma cuisse, qui me tirait affreusement, et cette étrange crampe qui me tourmentait l'estomac. Je n'avais, hormis mes dagues, ma faux, et un bâton que j'avais trouvé un matin près de moi, plus rien en ma possession.
Un pas, puis un autre. Et encore un. Avancer. Il me fallait avancer pour me sortir de cet enfer de terre, de pierres et de cailloux. Non, il faisait définitivement trop chaud. Même ma gorge devenait douloureusement sèche, petit à petit. Si je ne me dépêche pas, je vais.. Je dois continuer. Je ne savais pas ce qui m'attendais, ni même pourquoi Pandore m'avais dirigée vers Trev'Hulg, mais je savais que si je restais ici, ma peau ne vaudrait plus grand chose, hormis pour les carnassiers qui commençaient à me suivre d'un peu trop près. Un pas. Puis un autre. Et encore un autre. Cette étendue de terres arides me semblait sans fin. Il n'y avait même pas un ruisseau, même pas un arbre en vue. Seulement ces crevasses et ces montagnes menaçantes, au loin. POurquoi diable avait-il fallu que je choisisse cet itinéraire, parmi tous ? J'avais amplement le temps de le regretter, je l'avais déjà eu, sous ce ciel bleu, si bleu, trop bleu, sans un seul nuage pour créer un peu d'ombre, amener un peu d'humidité dans l'air. Même les rares brins d'herbe que je foulais, dans cette zone, étaient desséchés. Ma tête commençait à tourner. Je ne tiendrais plus longtemps. Allais-je mourir ici, ainsi, sans rien pouvoir faire d'autres, sans même pouvoir aider Kazemi ? Je trébuchai. Je m'effondrai. J'essayai de me relever, mais sans succès. Kazemi sortit de sa cachette et me poussa à me relever et à continuer d'avancer dans un concert de piaillements que je semblais être la seule à pouvoir comprendre. Je posa mes mains au sol, devant moi, et força sur mes bras pour essayer de me relever. Mon corps se souleva d'une dizaine de centimètres, mais je ne parvint pas à le faire bouger davantage. Je retombais au sol.
- Désolé, Kazemi.. Je n'y arrive pas..

Oh, mais vous voulez sans doute savoir comment je me suis retrouvée là. Laissez-moi vous retracer les évènements des derniers jours. Mes souffrances en ce lieu commencèrent il y a plusieurs jours, après que j'aie rencontré Pandore. Ce jour-là, le jour de ma naissance, j'ai également rencontré Kazemi, la jeune phénix bleue qui m'accompagne, ainsi que celle de Chronos et d'Utopie, deux démons qui se sont battus pour une raison qui m'échappe totalement. L'un d'eux, Utopie, avaient des ailes dans un sale état, et je doutais qu'il puisse un jour voler. Je me souviens avoir aidé un loup blessé, et d'avoir vu le Démon aux ailes abîmées sauter dans un ravin. Par curiosité, je l'ai suivi. Il n'avait pas réussi à amortir sa chute, et s'était coincé sur une corniche. Après l'avoir sorti de là, nous avons rencontré Pandore.
Pandore... Sa présence était gravée en moi, sans que je ne sache pourquoi. Je sentais que je voulais la revoir. Quelque chose chez elle m'attirait indubitablement, et ce n'était pas sa force. Non, il y avait autre chose. Peut-être était-ce lié à ma naissance ? Je ne savais pas plus à ce moment là que je ne le sais maintenant, étendue sur le sol sec des terres de Solterhâ. Cette jeune femme à la peau presque aussi pâle que la mienne et aux cheveux de jaïs, en apparence tout ce qu'il y a de plus "humaine", avait une réponse que je voulais avoir, à n'importe quel prix. Même si, au fond de moi, je la connaissais, et je savais qu'elle me blesserait. Elle nous avait donné des cartes, et nous avait envoyé vers une ville, Trèv'Hulg, pour une raison que j'ignorais. Lorsqu'elle avait disparu, j'avais pris une des cartes et m'étais envolée, vers ce que je pensais être ma destination.
Seulement, il semblerait que mon corps ne supporte pas bien la chaleur, et je me suis vite fatiguée. J'ai rapidement dû renoncer à voyager en volant, et ai continué ma route à pieds. J'avais traversé la plaine Silvhary, telle que la nommait la carte, et étais arrivée dans une autre zone recouverte de forêts. Je me rappelais m'être endormi, un soir, dans cette forêt, et m'être réveillé avec un affreux mal de crâne que je ne parvenais pas à m'expliquer ainsi que l'étrange sensation d'avoir fait un rêve, ou d'avoir vécu quelque chose, sans parvenir à m'en rappeler. C'était Kazemi qui m'avais réveillée, peu avant l'aube, inquiète. A ce moment là, je dû rester immobile un moment avant de pouvoir à nouveau bouger, lorsque la douleur c'était dissipée. Cette douleur m'avait suivie toute la journée. Après quelques jours supplémentaires, j'étais finalement sortie de la forêt. Et depuis hier, je me retrouvais à marcher sur cette étendue déserte.. Jusqu'à ce que je me retrouve dans cette situation délicate.

[Bon, c'est pas mon plus beau, mais vous ferez avec. Répond qui le souhaite, s'incruste qui le souhaite.]
[En cours]
Invité

Invité
avatar
Afficher les informations sur le joueur et le personnage
Masquer les informations sur le joueur et le personnage
Revenir en haut Aller en bas
Posté le Ven 10 Avr - 17:41.
Après être sorti de mon œuf, dans ce cratère, et après avoir pris l'équipement qui, à priori, devait m'être destiné puisqu'il était dans mon œuf, je sentis monter en moi une bouffée de chaleur. J'étais né dans ce cratère, il y faisait chaud, très chaud. C'était presque intenable. Il fallait que je change d'endroit. Que je parte, que je quitte ce trou, cette caverne, que je trouve une chose à faire. Je fis quelques pas, cherchant autour de moi s'il y avait une solution, quelque chose que je pourrais faire pour me sortir de ce trou. En regardant en l'air, je pouvais voir un trou énorme donnant sur un magnifique ciel bleu...

Je fixai un instant le ciel et vis des êtres ailés passer. Des oiseaux. Je venais juste de naître, et je su que c'était des oiseaux. J'ignorais comment je le savais, mais l'important était justement que je le savais. Puis en regardant en l'air, je vis un être énorme passer. Tellement énorme qu'en passant au dessus du cratère, il avait caché la lumière et je m'étais retrouvé dans le noir quelques secondes. Un dragon.

J'observais attentivement les alentours, la "caverne" dans laquelle j'étais, je ne vis qu'une grande salle, vide. Ayant perdu espoir, je m'en retournai vers mon œuf, et c'est là que je vis quelque chose. La paroi de l'oeuf, elle était transparente... Et l'oeuf était juste placé à l'entrée d'un tunnel. Je retournai dans mon œuf, et transperçai la paroi à l'aide de mon katana. La lumière entrant me permettait à peine de voir qu'il y avait une sorte de salle au bout.

Je traversai ce tunnel sombre, et arrivai dans une grotte plus fraiche, dans laquelle se trouvait un lac, un lac qui, malgré le noir et malgré le fait qu'il n'y avait pas de trou dans les parois, semblait éclairé, d'une lumière venant des profondeurs. Je l'observa quelques instants et poussa un caillou dedans afin de voir ce qu'il allait se passer. Le caillou avait à peine touché la surface que la lumière verdâtre se situant au fond du lac remonta à une grande vitesse, et une sphère lumineuse sortit du lac, flottant dans les airs et éclairant totalement la caverne. Je pouvais voir des stalagmites, des stalactites, et le lac. Le magnifique lac. Je m'approchai et vis mon reflet à la surface. C'était la première fois que je me voyais. Je vis un jeune homme, brun, avec de grand yeux verts, tout de noir vêtu et avec une boucle d'oreille rouge. Je me vis. Pour la première fois. Ainsi étais-je fait. Pas le moindre défaut, je compris que j'étais un elfe, sans pour autant savoir ce que cela voulait dire.

La sphère lumineuse s’agita soudainement, me sortant de ma contemplation. Je jetai un coup d’œil et vis qu'elle se déplaçait en direction d'un mur. Je suivis cette sphère et remarquai qu'il y avait deux tunnels, l'un semblait s'enfoncer dans le sol, et l'autre était droit. La lumière pénétrai dans le couloir le plus droit, et je la suivis. Puis elle disparut dans un flash lumineux et je me retrouvai à l'extérieur, sous un soleil ardent, ne sachant pas comment j'étais arrivé ici. Je regardai autour de moi, j'étais au beau milieu d'une grande étendue déserte. Soudain, ma vision devint étrange... Tout changea. Je pouvais voir beaucoup plus loin, j'en profitai donc pour regarder rapidement autour de moi avant de remarquer que, assez loin à ma droite, semblait se trouver un corps, couché au sol. Ma vision redevint normale car je l'avais voulu, mais je n'arrivais pas à la faire changer de nouveau. D'où cela pouvait-il provenir? Je l'ignorais...

Je décidai donc d'aller dans la direction de ce corps, et plus j'avançais, plus je me rendais compte que cet être, cette personne, si elle est encore en vie, était loin de moi. Oui, lorsque ma vision était améliorée, je le voyais, distinctement, je savais que c'était un corps sous une cape. Mais sans ma vision améliorée, je ne distinguais qu'une masse à l'horizon. Je me dirigeai tout de même dans cette direction.



Ohé? Ohé!! OHE! Il y a quelqu'un?

J'avais beau crier, je n'avais aucune réponse, je n'entendais que le bruit de mes pas, il n'y avait pas le moindre vent. Je pressai un peu le pas afin d'arriver plus rapidement à destination, et vis que la masse bougeait. Je me précipitai alors à ses côtés, me doutant qu'il s'agissait d'un être vivant. Je me devais de l'aider.

Vous... Vous allez bien?

Je ne savais que faire et observait, attendant une réaction quelconque. Un signe, un mot, n'importe quoi m'aurait suffi.

Modo orthographe & Démon infirme
avatar
Afficher les informations sur le joueur et le personnage
Masquer les informations sur le joueur et le personnage
Age réel :
17
Messages :
305
Compagnon :
- Un staïpil aveugle et sans nom.
Possessions :
-Une plume obtenue d'un Griffon durant une quête. (Et ouais, une plume, qui dit mieux ?!)

Savoirs :
- Cartographie [http://origin.forumgratuit.fr/t19-quand-il-s-agit-de-retrouver-son-chemin-utopie]
- Chasse [http://origin.forumgratuit.fr/t48-et-avec-cette-corde-je-fais-quoi-utopie]
Niveau :
4
Expérience :
65
Date d'inscription :
26/06/2013
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Posté le Ven 10 Avr - 19:10.
Le soleil se consumait dans un ciel sans nuage, rempli seulement d'oiseaux libres et moqueurs des difficultés de ce monde. Les rayons de l'astre plongeaient en chaque endroit, illuminaient chaque chose, ils propageaient des ombres sur ce sol aride. Ici, rien ne pousse. Des petites aires d'herbes brûlées arrivaient quelque fois sur ma route, de temps en temps j'avais le droit à l'ombre apaisante d'un arbre à moitié mort. Je passais parfois à côté d'énormes montagnes grondantes, chaudes, craintes. Des montagnes plus hautes que celles dont j'ai souvenir, allant de la terre jusqu'au ciel, l'une allait même effleurer le soleil !

Une brise légère me caressa le visage, le vent ici était un air chaud presque insoutenable, mais pas désagréable. Je marchais avec mon Staïpil sur l'épaule, je ne lui avais toujours pas trouver de nom. Nous avions déjà mangé quelques bouts de viandes, et rassasiés, nous avions décidé d'un commun accord de continuer notre route jusqu'à ce que la nuit ne nous prenne. Nous nous comprenions sans parler, d'un simple regard, d'un simple geste. Ce Staïpil avait remplacé Reine, dès le départ un besoin réciproque s'était formé. Je ne supporte pas la solitude. Et pourtant, dès que je rencontre quelqu'un, je me bats. Cherchez l'erreur.

Mes bagages n'étaient pas bien lourds, je possédais juste un sac de toile rempli de viandes, une gourde, ma pierre, mes cartes, une carte donnée par Pandore et mon courage. Pandore voulait nous mener vers une ville... Trèv'Hulg... Elle nous avait donc donné, à Kamyu, Chronos et moi, des cartes. Pour une fois qu'un de mes talents servait. Je sus où aller, par où aller, cette carte n'avait aucun secret pour mon cerveau qui la décryptait au car de tour. J'avais d'ailleurs cartographié chacun des endroits que j'avais traversé.

J'entendis soudainement un cri, plus loin devant moi. Un être se mut rapidement vers quelque chose, une certaine angoisse transpirant dans ses pas. Je lui emboitai le pas, je courrai vers le personnage qui s'arrêta alors. Je distinguai une silhouette devant lui. Une cape. Un visage. Un être connu gisait au sol. Kamyu.


La raison du plus fort est toujours la meilleure, sans force aucun rêve ne se réalise.



C'est pourquoi je dois être le plus fort, pour détruire leur raison avec mes rêves.

Fonda (folle,) sadique & Yokaï des Illusions instable
avatar
Afficher les informations sur le joueur et le personnage
Masquer les informations sur le joueur et le personnage
Age réel :
20
Messages :
707
Localisation :
Je suis nulle part et partout. Je suis là où le Vent me mène
Fiche de présentation :
http://origin.forumgratuit.fr/t8-vous-avez-dis-psychopathe-moi-je-vous-repond-kamyu-y-a-pas-mieux
Livre du destin :
http://origin.forumgratuit.fr/t69-le-livre-de-kamyu-le-destin-tourmente-d-une-jeune-ame
Âge de votre personnage :
13
Compagnon :
Kazemi, une jeune phénix bleue
Possessions :
Une robe, une cape en guise de vêtements. Une faux noire, Crystal Dark, ainsi que deux dagues avec des fourreaux reliés à deux lanières de cuir qui forment une ceinture, son pendentif, une carte offerte par Pandore, un bâton retrouvé dans sa main un beau matin, la cape de Redstorm et c'est tout.
Savoirs :
- Chasse [http://origin.forumgratuit.fr/t62-que-de-salles-quete-de-kamyu]
- Magie de soin [http://origin.forumgratuit.fr/t81-fais-ce-que-tu-veux-apres-tout-ce-n-est-pas-mon-corps]
- Poisons et antidotes (basique) [http://origin.forumgratuit.fr/t100-trefonds-tenebreux-et-farfelue-foret-morghhur-et-kamyu]
- Cuisine [http://origin.forumgratuit.fr/t104-brise-casserole-kamyu#989]
- Chant (humain et loup) [http://origin.forumgratuit.fr/t107p20-l-aria-de-l-ame-quete-kamyu]
Niveau :
4
Expérience :
1
Date d'inscription :
21/06/2013
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://origin.forumgratuit.fr
Posté le Ven 10 Avr - 21:19.
Non, impossible. J'avais beau essayer, je n'arrivais pas à faire bouger davantage ce corps qui m'appartenait. Qu'avait-il ? Je ne me rappelais pas l'avoir malmené à ce point. Je n'étais d'ailleurs pas plus blessée que ça, au contraire. Les blessures que j'avais étaient presque refermées. Alors, pourquoi mon abdomen était-il si douloureux ? Non, vraiment, je ne comprenais pas ce qu'il se passait avec ce corps. Mes jambes étaient lourdes, et mes cornes tout autant, d'ailleurs. Pourtant, je devais continuer. Je voulais continuer. Je voulais aller là où la jeune femme m'avait envoyée, je voulais la revoir. Je voulais comprendre. Je voulais comprendre pourquoi sa présence était à ce point ancrée en moi, pourquoi je ne pouvais effacer totalement son image d'un coin de mes pensées. Je voulais savoir ce que m'inspirait exactement sa présence, comprendre ce qu'elle était.

Cette jeune femme... Elle était apparue devant elle, il y a quelques temps, vêtue d'une robe blanche, simple. Ses cheveux de jais flottaient dans le vent, contrastant avec son teint pâle. Elle arborait une expression moqueuse. Et pourtant.. Sa présence ne m'inspirait pas du tout la même chose que son expression, j'ignorais pourquoi. Elle m'inspirait plutôt quelque chose de semblable à ce que j'avais ressenti en voyant tous ces corps, après m'être réveillée. Quelque chose de semblable, mais.. Non, c'était différent. Très différent, même. Je ne savais comment le décrire, et ne connaissais rien qui s'en rapprochait davantage que ce que j'avais ressenti à ce moment là. Non, vraiment, il fallait que je fasse quelque chose à propos de ce corps, de ces pensées. Si ça continuait comme ça, je n'arriverais pas à aller quelque part. Je n'arriverais pas à comprendre.

Aller quelque part ? Si je continuais comme ça, je n'irais nulle part.. Pas même quelques pas devant moi. J'essayai de me traîner à la force de mes bras, mais ça non plus, je n'y arrivai pas. Oh, et puis.. Tant pis. J'allais juste.. Kazemi. La jeune phénix entreprit de me picorer le front. Ca faisait mal..

- Aïe ! Kazemi, arrête !

J'allais lever un bras pour l'empêcher de continuer lorsque je sentis une présence. Non, même deux.

- Tu n'es pas obligée de rester ici, si tu le souhaite. Quelqu'un approche.

Kazemi se mit à piailler qu'il n'était pas question qu'elle s'en aille, alors je fermai les yeux. Doucement, progressivement, j'étendis ma conscience à l'une de ces présences. Je la sentais quelque peu hésitante, vacillante, quoi que ferme et dirigée vers un but bien précis. Je ne sentais pas de malveillance en elle, pas pour l'instant du moins. Je me détournai de cette présence pour me diriger vers la deuxième.. Maintenant que je m'y intéressais, je sentis qu'il n'y en avait pas une, mais deux. La première était celle d'un Démon que je connaissais, Utopie, je crois. Celui aux Ailes endommagées. La deuxième présence était collée à la sienne, c'était pour cela que je ne l'avais pas senti avant. Ce n'était pas la présence d'un humanoïde, elle était bien trop pure, bien trop simple pour cela. En revanche, je ne pouvais dire de quoi il s'agissait. Je ne connaissais pas cette créature.

- Ca ira, Kazemi. L'un d'entre eux était là, l'autre jour. Ne t'en fais pas pour moi.

Je n'eus pas beaucoup d'autre choix que d'écouter Kazemi rouspéter à propos de ça, et me dire que les humanoïdes n'étaient pas aussi sympathique que je le croyais. Je ne compris pas vraiment ce qu'elle disait. Elle s'arrêta et se dissimula sous ma cape lorsque le premier des deux êtres arriva, peu après.


- Vous... Vous allez bien?
- Oui.. Probablement.

Je sentis sous ma cape le regard de Kazemi, me disant quelque chose comme un "Ca ne va pas, non !". Utopie arriva à peu près au même moment. Je tournai tant de bien que de mal ma tête dans sa direction.

- Utopie...

[Désolé si je me répète.]


Invité

Invité
avatar
Afficher les informations sur le joueur et le personnage
Masquer les informations sur le joueur et le personnage
Revenir en haut Aller en bas
Posté le Sam 11 Avr - 21:11.
J'étais arrivé près du corps, qui remua un peu. Cet être sembla parler, je su à la vois que c'était une créature du sexe opposé, mais j'étais incapable de comprendre ce qu'elle avait dit. C'est alors qu'arriva quelqu'un à mes côtés. Quelqu'un que je n'avais pas vu en observant le désert, quelqu'un de bien étrange. Quelqu'un de grand et semblant être assez musclé, bien que son visage semblait être celui de quelqu'un de jeune. Bien sur, il devait être plus vieux que moi, je venais à peine de naître en ce monde. Ses cheveux étaient d'un blanc brillant, sans la moindre trace d'une autre nuance, pas un seul cheveu plus foncé ou plus clair que les autres. Ses yeux, eux, étaient bleus, mais d'un bleu que je trouvais étrange, un bleu qui me semblait brouillé, un peu comme l'eau du lac que j'avais vu plus tôt. Il était droit, fier, et avait des épaules carrée, autant vous dire que vu le physique qu'il avait, j'aurais pas voulu qu'il m'en colle une.

Lorsqu'il fut arrivé à côté de moi, la personne au sol prononça de nouveau quelque chose, et cette fois je compris.


Utopie...

Utopie? Qu'était-ce? Pourquoi disait-elle cela? Je ne compris pas tout de suite, puis je pensai à quelque chose. Si j'avais compris ce mot, c'est parce qu'il s'agissait d'un nom propre. Je me tourna vers l'être qui venait d'arriver à mes côtés.

Bonjour, enchanté, moi c'est Redstorm. Je... euh... je suppose que vous, c'est Utopie? Hm... que fait-on pour cette personne? Et euh... vous êtes quoi, vous?

Je ne savais pas quoi dire d'autre. Je bégayais, j'étais quelque peu embarrassé, mais je ne le laissais pas paraitre, je gardais mon air sérieux. J'espérais juste que cet être quelque peu étrange ne m'attaquerait pas. Ce serait bête pour l'être couché sur le sol. Enfin bon, là n'était pas la question, et, voyant que cette créature à mes côtés ne bougeait pas, je me pencha et releva la personne au sol afin de l'assoir. Et je vis une créature magnifique mais semblant fragile. Elle avait des cheveux blancs également, mais blancs comme... comme... comme sa peau, qui était très blanche. Elle possédait deux cornes, assez sombres, et ses yeux étaient magnifiques. Ils me faisaient penser au sang, vu leur rougeur. Je ne pouvais voir la longueur de ses cheveux vu que sa cape couvrait tout son corps et qu'elle avait remonté son capuchon, mais j'admirais la beauté de ses yeux. Je les observais, je me noyais dans son regard. Puis je me ressaisis. Cette pauvre personne devait sûrement avoir besoin d'aide.

Et plus sérieusement, on fait quoi pour elle? Vous comptez m'aider à l'aider ou me laisser me débrouiller? Elle semble vous connaître et avoir besoin d'aide, restez pas là à nous regarder et aidez moi, s'il vous plait!

J'avais l'impression d'avoir prononcé ces paroles d'une manière un peu trop agressive... j'espérais que cet "Utopie", si tel était vraiment son nom, ne le prendrait pas mal et comprendrait qu'il fallait aider cette femme. J'attendais donc sa réaction... en étant un peu stressé mais en cachant de nouveau mes émotions derrière un sourire se voulait affectif. Puis je regardai de nouveau les yeux rouges de cette créature au sol, qui détourna aussitôt le regard. Était-ce parce que je l'intimidais? Était-ce parce qu'elle ne voulait pas être regardée? Ou bien peut-être ne voulait-elle tout simplement qu'on la voit dans cet état là? Je l'ignorais. Je m'adressai de nouveau à elle.

Ne vous en faites pas, je vais vous aider. Si seulement je pouvais vous comprendre...

Je la regardai une dernière fois puis relevai la tête, puis je m'attardai sur l'horizon, cherchant un endroit à l'abri du soleil.

Modo orthographe & Démon infirme
avatar
Afficher les informations sur le joueur et le personnage
Masquer les informations sur le joueur et le personnage
Age réel :
17
Messages :
305
Compagnon :
- Un staïpil aveugle et sans nom.
Possessions :
-Une plume obtenue d'un Griffon durant une quête. (Et ouais, une plume, qui dit mieux ?!)

Savoirs :
- Cartographie [http://origin.forumgratuit.fr/t19-quand-il-s-agit-de-retrouver-son-chemin-utopie]
- Chasse [http://origin.forumgratuit.fr/t48-et-avec-cette-corde-je-fais-quoi-utopie]
Niveau :
4
Expérience :
65
Date d'inscription :
26/06/2013
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Posté le Dim 12 Avr - 16:25.
Kamyu reposait sur le sol, inerte, l'inconnu à ses côtés lui parlait. Je l'entendis lui demander si tout allait bien. Question stupide. Un être qui git à moitié inconscient par terre ne va jamais bien, quelque soit l'endroit ou la situation. Je considérais cet étrange individu. Il ressemble un peu à Deccus, dans le style oreilles pointues, mais pour le reste... Il a de longs cheveux bruns, son oreille est sertie d'une pierre rouge, il porte des vêtements sombres et une cape noire. Je me rapprochais vivement de lui.

-  Bonjour, enchanté, moi c'est Redstorm.  Je... euh... je suppose que vous, c'est Utopie ? Hm... que fait-on pour cette personne ? Et euh... vous êtes quoi, vous ?

Je réfléchis. Qu'étais-je au fond ? Un aventurier de passage qui venait de naître est la meilleure réponse que j'avais. Mais lui ! Qui était-il, qu'est-ce qu'il était pour me demander une telle chose dès notre première rencontre ? Ce n'est pas comme ça qu'on adresse la parole aux inconnus, enfin je crois. Son petit ton plaisantin ne me plaisait pas, je le toisais, lui et son air sérieux. Il assit Kamyu et la contempla, hébété, quelques instant. C'est à ce moment précis, et ce pendant une fraction de secondes, que je vis qu'il était armé. Une lame.

- Et plus sérieusement, on fait quoi pour elle ? Vous comptez m'aider à l'aider ou me laisser me débrouiller ? Elle semble vous connaître et avoir besoin d'aide, restez pas là à nous regarder et aidez -moi, s'il vous plait !

Encore ce ton. Encore ce regard. Aussi froid qu'une lame, aussi froid que sa lame... Sauf si elle est tachée de sang. Qui qu'il soit et quoi qu'il ait fait, ce Redstorm ne savait pas négocier, ni laisser les autres parler. Il me fit un sourire. Comment l’interpréter ? Il voulait que je sois de son camp, je le sentais, mais je n'avais aucune confiance en lui. Il me faisait peur. Son arme me faisait peur. Il détourna son regard et reporta toute son attention sur Kamyu qui ne lui rendit pas. Il la rassura du mieux qu'il pouvait. Et enfin, il regarda le paysage alentour, calmement. Et, l'ami ! Le moment n'est plus à la contemplation, mais à l'action.

Je me penchai vers Kamyu en prenant bien soin d’exhiber mes armes aux nouveau venu, et fit boire à mon ami un peau d’eau.  Je la relevai afin de la supporter sur mon épaule droite, et fit signe à Redstorm de la porter sur son épaule gauche.  Nous la traînâmes jusqu’à l’ombre d’un arbre où je la fis s’adosser.  Je détournai ensuite mon regard de mon amie pour jauger « oreilles pointues ».


- Pour répondre à tes questions, dans l’ordre. Je suis moi. Qui que je sois, quoi que je sois, tu n’as pas besoin de plus d’informations. Deuxièmement, calme-toi. Se précipiter pour aider quelqu’un sans réfléchir à la situation est une très mauvaise chose. Troisièmement, je n’aime pas ton air. Dernièrement…

Je fis craquer les différentes articulations de mon corps en m’étirant.

- Tu m’expliques pourquoi je retrouve mon amie à moitié dans les vapes, avec toi et ton arme juste à côté ?...


La raison du plus fort est toujours la meilleure, sans force aucun rêve ne se réalise.



C'est pourquoi je dois être le plus fort, pour détruire leur raison avec mes rêves.

Fonda (folle,) sadique & Yokaï des Illusions instable
avatar
Afficher les informations sur le joueur et le personnage
Masquer les informations sur le joueur et le personnage
Age réel :
20
Messages :
707
Localisation :
Je suis nulle part et partout. Je suis là où le Vent me mène
Fiche de présentation :
http://origin.forumgratuit.fr/t8-vous-avez-dis-psychopathe-moi-je-vous-repond-kamyu-y-a-pas-mieux
Livre du destin :
http://origin.forumgratuit.fr/t69-le-livre-de-kamyu-le-destin-tourmente-d-une-jeune-ame
Âge de votre personnage :
13
Compagnon :
Kazemi, une jeune phénix bleue
Possessions :
Une robe, une cape en guise de vêtements. Une faux noire, Crystal Dark, ainsi que deux dagues avec des fourreaux reliés à deux lanières de cuir qui forment une ceinture, son pendentif, une carte offerte par Pandore, un bâton retrouvé dans sa main un beau matin, la cape de Redstorm et c'est tout.
Savoirs :
- Chasse [http://origin.forumgratuit.fr/t62-que-de-salles-quete-de-kamyu]
- Magie de soin [http://origin.forumgratuit.fr/t81-fais-ce-que-tu-veux-apres-tout-ce-n-est-pas-mon-corps]
- Poisons et antidotes (basique) [http://origin.forumgratuit.fr/t100-trefonds-tenebreux-et-farfelue-foret-morghhur-et-kamyu]
- Cuisine [http://origin.forumgratuit.fr/t104-brise-casserole-kamyu#989]
- Chant (humain et loup) [http://origin.forumgratuit.fr/t107p20-l-aria-de-l-ame-quete-kamyu]
Niveau :
4
Expérience :
1
Date d'inscription :
21/06/2013
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://origin.forumgratuit.fr
Posté le Dim 12 Avr - 18:03.
Chaud.. Il faisait vraiment trop chaud. Pourquoi m'étais-je aventurée ici ? N'aurais-je pas pu faire un détour, passer par un autre chemin, aller ailleurs..? L'être s'attarda sur Utopie quelques instants, avant que je ne prononce son nom. Il sembla comprendre qu'il s'agissait d'un nom, et prit la parole.
- Bonjour, enchanté, moi c'est Redstorm. Je... euh... je suppose que vous, c'est Utopie? Hm... que fait-on pour cette personne? Et euh... vous êtes quoi, vous?

Il était embarrassé, et quelques peu paniqué. Du moins, il me semblait, bien qu'à l'époque, je ne pouvais pas vraiment mettre de mots là-dessus. Il me força à m'assoir, bien qu'à vrai dire, je ne pouvais pas faire grand chose pour l'empêcher de quoi que ce soit, au vu des forces que j'arrivais à mobiliser. Il s'attarda sur moi. Etais-je si étrange..? Les rayons du soleil me faisaient mal, atteignaient ma peau et la brûlaient. Je serrai les dents et tournait la tête. Ma tête commençait à tourner. Sans trop savoir pourquoi, je savais que ce n'était pas vraiment bon signe.

- Et plus sérieusement, on fait quoi pour elle? Vous comptez m'aider à l'aider ou me laisser me débrouiller? Elle semble vous connaître et avoir besoin d'aide, restez pas là à nous regarder et aidez moi, s'il vous plait!

L'être, Redstorm tel qu'il semblait se nommer, laissa sa panique l'envahir. De quoi avait-il peur..? Il n'y avait pas vraiment grand chose à craindre. Hormis cette horrible chaleur qui agressait mes sens..

- Ne vous en faites pas, je vais vous aider. Si seulement je pouvais vous comprendre...

M'aider..? A quoi faire ? Je doutais qu'il pouvait faire quoi que ce soit concernant mon manque de force. En revanche, il voulait.. Me comprendre ? Ne le pouvait-il pas ? Kazemi, ou toutes les autres créatures que j'avais croisé ces derniers temps, avaient très bien compris mes paroles, tout comme je comprenais les leurs, ou celles de Redstorm. Pourquoi ne pouvait-il pas me comprendre..? Comprendre ce que disent les autres êtres, cela me paraissait.. Si simple ! Alors, pourquoi ? Est-ce que les deux Démons, Utopie et Chronos, que j'avais croisé l'autre jour, étaient dans la même situation ?
Au fil des paroles de Redstorm, je sentis l'aura d'Utopie changer. Il se méfiait. Lui aussi, craignait quelque chose. Mais, quoi ? Il n'y avait, cette maudite chaleur toujours mise à part, vraiment aucun danger aux alentours. Pensaient-ils tous deux que l'autre pouvait être dangereux..? Mais, aucun des deux n'avait réellement l'intention de faire du mal à quelqu'un au premier abord. Finalement, Utopie se décida à agir. Il me fit boire. Le liquide coula dans ma gorge, apaisant quelques brûlures sur son passage. Si je voulais continuer, je décidai de me procurer d'une façon ou d'une autre de quoi toujours transporter de l'eau. A défaut d'être très fraiche, elle rendit cependant la chaleur un peu plus supportable.
Après ça, les deux humanoïdes me traînèrent dans un coin d'ombre. A défaut d'autre chose, le soleil agressait moins ma peau, cessait de me brûler comme il le faisait.. Et il faisait ici un petit peu moins chaud. Pourquoi n'avais-je pas songé à trouver un endroit plus frais avant..? La réponse me parut aussi évidente que la question était stupide. Parce que la chaleur me faisait tourner la tête depuis trop longtemps, depuis que j'avais posé un pied sur cette fichue étendue aride. Et ça ne m'aidait pas à y voir clair. Ce monde était décidément.. Trop compliqué. La nuit ne pouvait-elle pas tomber, que mon supplice s'arrête au moins quelques heures ?

- Pour répondre à tes questions, dans l’ordre. Je suis moi. Qui que je sois, quoi que je sois, tu n’as pas besoin de plus d’informations. Deuxièmement, calme-toi. Se précipiter pour aider quelqu’un sans réfléchir à la situation est une très mauvaise chose. Troisièmement, je n’aime pas ton air. Dernièrement…

La présence d'Utopie changea encore. Cette fois-ci, il était prêt à en découdre. Ainsi assise, mes Ailes me gênaient. Je me penchai en avant, le temps de faire passer mes Ailes par les fentes de ma cape, puis m'adossai au tronc d'arbre, laissant mes Ailes de part et d'autre du tronc.

- Tu m’expliques pourquoi je retrouve mon amie à moitié dans les vapes, avec toi et ton arme juste à côté ?...

Je fis un signe de tête à l'intention d'Utopie.

- Il n'est pas arrivé longtemps avant toi.

Kazemi choisit ce moment pour se montrer, puisqu'elle avait décidé qu'il n'y avait pas de menace pour elle. Elle se percha sur ma capuche et se mit à piailler quelque chose que, même moi, j'eus du mal à comprendre. Elle essayait de dire plusieurs choses en même temps, mais je doutais que le Démon et la créature identifiée par Kazemi comme étant un Elfe comprenne quoi que ce soit.


Invité

Invité
avatar
Afficher les informations sur le joueur et le personnage
Masquer les informations sur le joueur et le personnage
Revenir en haut Aller en bas
Posté le Lun 13 Avr - 22:22.
Nous avions décidé, avec Utopie, d'emmener la jeune fille à l'ombre. Une fois que ce fut fait, le dénommé Utopie prit la parole.

Pour répondre à tes questions, dans l’ordre. Je suis moi. Qui que je sois, quoi que je sois, tu n’as pas besoin de plus d’informations. Deuxièmement, calme-toi. Se précipiter pour aider quelqu’un sans réfléchir à la situation est une très mauvaise chose. Troisièmement, je n’aime pas ton air. Dernièrement…

Il y avait, dans ces paroles, un air qui ne me plaisait pas. Un air froid, un air sec, un air de défi, un air agressif... Je sentais que cela risquait de mal tourner... J'avais peur, je venais à peine d'arriver ici, j'étais inquiet pour la pauvre fille, et pour ne pas arranger le tout, Utopie fit craquer toutes ses articulations en s'étirant... Décidément, il me faisait un peu peur, mais je ne le craignais pas. Je ne savais simplement pas si je pouvais ou non lui faire confiance. Mais je n'étais pas au bout de mes surprises...

Tu m’expliques pourquoi je retrouve mon amie à moitié dans les vapes, avec toi et ton arme juste à côté ?...

Une chose était sure, à ce moment: je ne lui faisais pas confiance, et c'était réciproque. Mais je fut tout de même outré par le ton accusatif de ses propos. Pensait-il vraiment que j'étais pour quelque chose dans l'état de cette personne? Pensait-il que je lui avais fait du mal? M'en croyait-il vraiment capable? A ce moment là, je serrai les poings. Je ne pouvais tolérer de telles accusations, je tentais de garder mon sang froid, mais ce fut vraiment dur. Mon visage restait tout autant impassible, mais je n'avais qu'une seule envie, c'était de faire souffrir Utopie. J'ignorais d’où me venait cette envie, mais je savais que j'y prendrais un plaisir certain. Mais je me retint. La principale raison à cela était indubitablement le fait que j'ignorais totalement l'étendue des capacités et de l'aptitude au combat de cet être masculin présent à mes côtés, qui plus est, j'ignorais s'il savait se battre, et pour ma part, j'ignorais de quoi j'étais capable. Il fut tout simplement inconcevable que j'eusse pu ne serait-ce que songer à cogiter sur le sujet de l'éventuelle hypothèse d'une possibilité d'affrontement entre la personne susnommée Utopie et ma propre personne. Il était, à ce moment même, évident qu'au moindre faux pas de ma part, Utopie pourrait mal réagir. Il ne fallait donc pas que je fasse ou même dise un quelconque propos ou un quelconque acte pouvant risquer de l'enflammer tel un brandon pouvant enflammer une maison. De plus, la jeune femme baragouina de nouveau quelque chose dont je me voyais dans l'impossibilité de comprendre. Ce fut compliqué de contenir ma rage. Très compliqué. Je sentais toujours la rage monter en moi. De plus en plus. J'allais exploser... Mais je pris tout de même la parole, restant d'un calme olympien.

Eh bien... Je dois t'avouer que je m'excuse de la façon dont j'ai pu te parler, j'en suis navré, sous le coup de l'inquiétude je me suis hâté et j'ai perdu mes moyens. Après, il y a un léger souci...

Je tremblais. Je ne put me contenir. C'était trop. Je n'aurais pas du parlé. Je n'en pouvais plus, ce fut à ce moment précis que j'ai craqué. Mon visage changea, mes trait changèrent, mon regard indiquait que j'étais énervé, contrarié, et surtout, surtout, prêt à en découdre.

Je n'ai pas apprécié le ton accusateur que tu as employé. Je n'ai pas apprécié du tout que tu puisses penser que j'ai pu lui faire du mal, alors que tu es arrivé juste une ou deux minutes après moi. Et tu dis "ton arme"... Regardes mieux...

Je retirai ma cape, laissant voir mon arc, accroché dans mon dos, et un carquois.

MES armes... Si tu me cherches je n'hésiterais pas à m'en servir, s'il le fallait je te fendrais en deux, je t'égorgerais de ma lame et te transpercerais de mes flèches, je te tuerais, t'anéantirais, et j'exterminerais toute ta race, je les ferais souffrir, les tuerais, un par un, puis je me rassasierais de votre sang à tous... Mais vois-tu, tu ne me verras jamais arriver jusque là... Parce que je t'aurais certainement tué avant!

Je sortis ma lame et voulu me jeter sur lui, mais, subitement, je ne put plus me mouvoir. J'entendais, je voyais, mais j'étais incapable de faire quoi que ce soit. Et en plus, je voyais tout en contreplongée.... et dès qu'Utopie bougeait, je mon champ de vision changeait automatiquement. J'étais devenu l'ombre d'Utopie. Une ombre insensible, mais incapable de faire quoi que ce soit. Je profitai donc de ce moment afin de réfléchir au bien fondé de cette agressivité, pour au final arriver à la conclusion suivante: il ne fallait pas que l'on se batte. Et j'en arrivai à une autre conclusion: j'étais doté de capacités spéciales... mais je ne les maitrisais pas encore. Quel était ce monde? Dans de questions et si peu de réponses... Je me concentrai fort, puis retrouvai ma forme normale. Puis je planta ma lame dans le sol et m’agenouillai devant Utopie.

Je t'en prie, pardonnes moi de m'être ainsi emporté. Excuses moi. On est parti sur de mauvaises bases et je n'aurais pas du m'énerver pour si peu... Je voudrais, si tu l'acceptes, repartir à zéro, partir sur de bonnes bases. Je ne voudrais pas que le premier être que je rencontre dans ce monde soit un ennemi ou ait une mauvaise image de moi...

Puis je me tournai vers la jeune femme.

Et toi, je te prie également de me pardonner, je n'aurais pas du m'offrir en spectacle ainsi. Je ne sais si tu me comprend, mais pardonnes moi... S'il te plait, fais un signe si tu me comprend... Et je suis navré que la première image que je t'ai donné de moi soit une image négative... Je ferais tout pour remédier à cela...

Je baissai la tête et restai à genoux, les deux mains sur le pommeau de Salkan, toujours planté au sol.

Modo orthographe & Démon infirme
avatar
Afficher les informations sur le joueur et le personnage
Masquer les informations sur le joueur et le personnage
Age réel :
17
Messages :
305
Compagnon :
- Un staïpil aveugle et sans nom.
Possessions :
-Une plume obtenue d'un Griffon durant une quête. (Et ouais, une plume, qui dit mieux ?!)

Savoirs :
- Cartographie [http://origin.forumgratuit.fr/t19-quand-il-s-agit-de-retrouver-son-chemin-utopie]
- Chasse [http://origin.forumgratuit.fr/t48-et-avec-cette-corde-je-fais-quoi-utopie]
Niveau :
4
Expérience :
65
Date d'inscription :
26/06/2013
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Posté le Mar 14 Avr - 13:59.
Il bouillonnait. Ses poings serrés et son regard cruel le prouvaient, il me jaugeait. Allions-nous nous battre maintenant ? Kamyu articula quelques mots que je ne compris pas. Mon regard glissait d’un individu à l’autre. J’avais envie de me battre, j’avais envie de sentir mon poing casser son nez avant même qu’il ait pu faire un geste. J’avais envie de sortir mon couteau pour le planter entre les deux yeux de ce Redstorm. Mais pas tout de suite. C’était une chose qui arriverait, j’en étais sûr, mais qui arriverait dans d’autres conditions. Je lui rendis un regard glacial, morbide et sadique. Il s’excuse, mais me fit comprendre qu’il y avait quand même un problème :

- Je n'ai pas apprécié le ton accusateur que tu as employé. Je n'ai pas apprécié du tout que tu puisses penser que j'ai pu lui faire du mal, alors que tu es arrivé juste une ou deux minutes après moi. Et tu dis "ton arme"... Regarde mieux...

Mon ton accusateur… Hein… Qui a commencé le premier avec son ton supérieur, ses petits regards froids et son attitude insolente ?... Je revins sur terre. Regarder quoi ? Je n’ai pourtant vu qu’une arme… Il retira sa cape et exhiba un arc muni de flèches. Je comprenais. Pas ton arme. Tes armes. Il m’envoya quelques menaces, sur le fait qu’il me tuerait, qu’il me ferait souffrir, qu’il s’abreuverait de mon sang comme un Brish s’abreuve de l’eau pure d’une rivière. Je sentis les griffes de mon Staïpil se planter dans mon épaule, il sortit ses crocs, il sentait la menace. Oui, cet être n’était pas à prendre à la légère, mais il n’y avait tout de même pas de quoi s’inquiéter… Si ?...

Redstorm disparut soudainement. Plus rien. Envolé. Sans un bruit, sans un mouvement, l’être qui se tenait devant moi une seconde auparavant s’était évadé de mon champ de vision. Mon premier réflexe fut de regarder derrière moi : c’est tellement plus facile de frapper quelqu’un dans le dos. Personne. Aucune Redstorm nulle part. Il réapparut entre moi et Kamyu, s’agenouilla en plantant son arme. L’une de ses armes. Il s’excusa de s’être énervé et souffla qu’il voulait repartir de zéro. On ne repart jamais de zéro. Il s’excuse aussi auprès de Kamyu et finit par baisser la tête.


- Bien… Que ça soit équitable alors.

Je jetai mon gantelet sur le sol aride, je plantai mon couteau devant la lame de Redstorm et m’agenouillai aussi, devant lui, en captant bien toute son attention. Mon regard se figea dans le sien. Je fis cogner mes points l’un contre l’autre.

- Comme tu peux le voir, j’ai quatre armes. Mon gantelet, pour te broyer les os, mon couteau, pour te couper la gorge, et mes deux poings, pour réduire le peu de chair qu’il te resterait en bouillie difforme… Mais pas aujourd’hui, n’est-ce-pas ? Aujourd’hui, nous aidons Kamyu, demain lui est un autre jour…

Je me relève, redonne un peu d’eau à Kamyu et fixe Redstorm :

- Alors, monsieur oreilles pointues, on fait quoi ?


La raison du plus fort est toujours la meilleure, sans force aucun rêve ne se réalise.



C'est pourquoi je dois être le plus fort, pour détruire leur raison avec mes rêves.

Fonda (folle,) sadique & Yokaï des Illusions instable
avatar
Afficher les informations sur le joueur et le personnage
Masquer les informations sur le joueur et le personnage
Age réel :
20
Messages :
707
Localisation :
Je suis nulle part et partout. Je suis là où le Vent me mène
Fiche de présentation :
http://origin.forumgratuit.fr/t8-vous-avez-dis-psychopathe-moi-je-vous-repond-kamyu-y-a-pas-mieux
Livre du destin :
http://origin.forumgratuit.fr/t69-le-livre-de-kamyu-le-destin-tourmente-d-une-jeune-ame
Âge de votre personnage :
13
Compagnon :
Kazemi, une jeune phénix bleue
Possessions :
Une robe, une cape en guise de vêtements. Une faux noire, Crystal Dark, ainsi que deux dagues avec des fourreaux reliés à deux lanières de cuir qui forment une ceinture, son pendentif, une carte offerte par Pandore, un bâton retrouvé dans sa main un beau matin, la cape de Redstorm et c'est tout.
Savoirs :
- Chasse [http://origin.forumgratuit.fr/t62-que-de-salles-quete-de-kamyu]
- Magie de soin [http://origin.forumgratuit.fr/t81-fais-ce-que-tu-veux-apres-tout-ce-n-est-pas-mon-corps]
- Poisons et antidotes (basique) [http://origin.forumgratuit.fr/t100-trefonds-tenebreux-et-farfelue-foret-morghhur-et-kamyu]
- Cuisine [http://origin.forumgratuit.fr/t104-brise-casserole-kamyu#989]
- Chant (humain et loup) [http://origin.forumgratuit.fr/t107p20-l-aria-de-l-ame-quete-kamyu]
Niveau :
4
Expérience :
1
Date d'inscription :
21/06/2013
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://origin.forumgratuit.fr
Posté le Mar 14 Avr - 18:46.
[Les n'enfants, j'ai rien à dire, y'a Kamyu qui peut pas vraiment bouger, Kazemi qui s'égosille sur sa tête et vous deux qui êtes sur le point de vous taper dessus. Alors, on va faire simple : Kam' comprend pas vraiment pourquoi vous vous disputez et qui reste là à se demander ce que vous allez faire, et Kazemi qui se met en rogne. J'ai pas de quoi en faire une montagne, alors je passe mon tour. A l'occas je me motiverais peut-être pour essayer de faire 10 lignes, mais là j'ai pas de quoi faire ni de quoi baratiner. Quoi qu'il en soit, mon post n'ajoutera rien à la situation =3]


Invité

Invité
avatar
Afficher les informations sur le joueur et le personnage
Masquer les informations sur le joueur et le personnage
Revenir en haut Aller en bas
Posté le Mer 15 Avr - 12:18.
La jeune Yokaï ne réagit pas. Utopie, lui, eut une réaction lorsque je me fut excusé. Il jeta ses gantelets au sol et planta son couteau près de ma lame. Je savais qu'il pensait comme moi. Je savait qu'il bouillonnait également. Mais je sentais qu'il ne souhaitait pas repartir à zéro mais qu'il ne voulait pas se battre directement non plus. Il m'expliqua ce qu'il pouvait faire avec ses armes, ce qui ne me fit ni chaud ni froid. Il me fit comprendre qu'il ne désirait pas repartir sur de bonnes bases et que l'on se battrait quand même, mais pas en ce jour. Mais il me fit bien comprendre que l'on se battrait un jour. Il redonna de l'eau à la jeune fille puis me fixa.

Alors, monsieur oreilles pointues, on fait quoi ?


Monsieur oreilles pointues... Pas mal. J'aimais bien ce concept. Je le fixai puis portai mon regard sur la jeune fille. Je pris la parole d'un ton calme, posé, le genre de ton que l'on emploie lors d'une discussion importante, sans conflit.

Eh bien je pense, mais ce n'est que mon avis, que si elle est ici, c'est parce qu'elle souhaitait aller quelque part. La chose la plus importante à faire, c'est de la sortir de cette zone et éventuellement de l'escorter jusqu'au lieu où elle soit se rendre.

Je repris mon souffle, lui laissant le temps d'assimiler.

Je ne sais pas si c'est ton cas, mais moi je ne comprend pas ce qu'elle dit. Toutefois, elle semble nous comprendre, je pense qu'il faudrait qu'elle nous indique la direction qu'elle souhaitait prendre, qu'elle nous guide. Elle sera notre guide dans cet endroit aride, et nous serons ses jambes. Qu'en dis-tu?

Je me tournai vers la Yokaï et la fixai un instant, puis je pris un ton doux et amical, réconfortant.

J'ignore pour quelle raison je ne peux te comprendre, mais je sais que tu me comprends. Quel est ton nom? Et... penses-tu avoir assez de forces pour nous guider? Je veillerais sur toi, et je pense qu'Utopie fera de même.

Je me tournai vers le susnommé Utopie.

N'est-ce pas?

Je lui fis un sourire réel, un sourire de contentement, un sourire montrant que j'avais laissé de côté notre précédent conflit, nos contentieux, un sourire radieux, mais mon regard, lui, montrait que je comptais sur son aide. Mon sourire montrait que je ne voulais pas me battre et en rester là, mais il y avait dans mon regard quelque chose de plus... Un peu comme si mon regard le suppliait d'en rester là, un peu comme si je l'implorait à genoux.

Soudainement, je sentis quelque chose que je ne m'attendais pas à ressentir dans ce lieu. Un courant d'air froid. J'eus un mauvais pressentiment. Ce n'était pas bon, il fallait que je vérifie de quoi il s'agissait. Il fallait que j'en ai le cœur net.


Je sais pas si vous avez senti ce courant d'air ou si c'est juste moi, mais j'ai un très mauvais pressentiment...

Soudain, ce fut le silence. Je montai à l'arbre auquel s'était adossée la jeune fille et me concentra de toutes mes forces. Ma vision changea de nouveau. J'observai l'horizon, étant capable de voir beaucoup plus loin, et remarqua, à ma gauche, à quelques kilomètres de l'endroit ou l'on était, une masse, dans les airs. J'observai un peu plus: il n'y avait pas qu'une seule chose, mais bien une vingtaine de créatures, volant vers nous. Avec un buste d'aigle. Des griffons. Que venaient-ils faire par ici? Je l'ignorais. Mais une chose était sure, ils venaient vers nous. Il fallait que l'on se dépêche. Soudainement, ma vision se troubla. Je tombais de l'arbre, ne voyant plus grand chose, mais je me concentra et dès que j'eus touché le sol, je fusionna avec l'ombre de l'arbre, ce qui fit que je ne sentis pas le choc, et je réapparut presque aussitôt, la vision toujours aussi troublée. Peu de temps après, je retrouva une vision normale. J'étais un peu plus paniqué et pointa mon doigt dans la direction dans laquelle étaient les griffons. De là, on ne pouvait les voir à l’œil nu, ils étaient trop loin.

Là bas... Il y a une bonne vingtaine de griffons qui arrivent vers nous. Ils sont encore à quelques kilomètres, mais ils viennent bien vers nous. Je pense qu'il faut que l'on agisse vite, à moins que vous ne vouliez affronter une horde de griffons?

Je fixai la Yokaï, puis Utopie, puis rangea ma lame et remis ma cape, puis regardai la direction dans laquelle allaient arriver les bêtes.

Modo orthographe & Démon infirme
avatar
Afficher les informations sur le joueur et le personnage
Masquer les informations sur le joueur et le personnage
Age réel :
17
Messages :
305
Compagnon :
- Un staïpil aveugle et sans nom.
Possessions :
-Une plume obtenue d'un Griffon durant une quête. (Et ouais, une plume, qui dit mieux ?!)

Savoirs :
- Cartographie [http://origin.forumgratuit.fr/t19-quand-il-s-agit-de-retrouver-son-chemin-utopie]
- Chasse [http://origin.forumgratuit.fr/t48-et-avec-cette-corde-je-fais-quoi-utopie]
Niveau :
4
Expérience :
65
Date d'inscription :
26/06/2013
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Posté le Mer 15 Avr - 18:26.
Monologue. Je vais l’appeler monologue. Dès que ses lèvres bougent, dès que les muscles de sa mâchoire s’actionnent, dès qu’un soupçon d’air traverse ses cordes vocales, ça n’en finit plus. Et ça continue, des affirmations, des questions, des suppositions. Les mots défilent et s’entremêlent. Le pire, dans l’histoire, c’est que Redstorm est doué pour ça : Il adopte le bon ton, les bonnes intonations, il reprend sa respiration puis reprend ses arguments, il bouge, son regard et ses membres. Il s’arme de vocabulaire et nous embroche comme on embroche un Brish. Proprement, durement, on choisit bien l’endroit pour gâcher le moins de viande possible. Je suis sa viande, je suis sa proie, la proie de ses mots. Bon sang. C’est exaltant que de croire en quelqu’un, et ça fait peur. Ce sentiment de manque quand l’être détourne le regard pour galvaniser quelqu’un d’autre et horrible. Alors j’essaye de ne pas écouter Redstorm.

Monoreilles pointues me fit un sourire sincère, et me fixa avec un regard doux, presque apeuré que je compris aussitôt. Pas tout de suite. Nous ne nous battrons pas. Mais ça viendra, ne t’inquiètes pas. Un froid m’envahit. Il me caressa la peau, me fit frissonner de tout mon long. Mon cœur s’arrêta. Ce n’était pas normal. Il faisait chaud, ici, beaucoup trop chaud pour qu’un tel froid se diffuse, un froid… Si peux naturel. J’avais peur. Mon corps m’envoyait-il un signal d’alerte ? Quelque chose se tramait, mais quoi ? Redstorm confirma mes doutes.


- Je sais pas si vous avez senti ce courant d'air ou si c'est juste moi, mais j'ai un très mauvais pressentiment…

Puis plus aucun bruit. Un vide sidérant et sidéral de son avait envahi l’endroit. Redstorm monta sur l’arbre et observa l’horizon. Je l’imitai et ne vis rien. Pourtant, je pouvais voir dans ses yeux une concentration franche. Il tomba. Je vis ses cheveux voler dans sa chute interminable, sa cape flotter, comme mue par un irrépressible refus de toucher le sol. Tout son être chutait, même ses oreilles pointues. Et d’un coup, plus rien. Le néant. Redstorm disparu, évaporé, introuvable, perdu, volatilisé. Et d’un coup, tout. Redstorm apparu, solidifié, trouvable, retrouvé, livré devant mes yeux. Au sol, certes, mais bien vivant. Il se releva et pointa un doigt accusateur vers le ciel.

- Là-bas... Il y a une bonne vingtaine de griffons qui arrivent vers nous. Ils sont encore à quelques kilomètres, mais ils viennent bien vers nous. Je pense qu'il faut que l'on agisse vite, à moins que vous ne vouliez affronter une horde de griffons ?

Il nous fixa à tour de rôle. Des griffons ! J’allais devoir me battre. Sauf si je réfléchissais un peu. Ils étaient nombreux. Plus que nous, à l’expression effrayé de Monoreilles. Ils viennent vers nous. Vite. Ils sont loin. Kamyu est hors-service. Il n’y a qu’une solution. Elle ne m’enchante gère mais j’y suis résigné. La fuite. Une fuite rapide, intense. Eviter le combat par tous les moyens. Nous survivrons seulement par ce moyen. Je soulevai à nouveau Kamyu, et fis signe à Redstorm de m’aider. Notre fuite commença.

- On doit s’enfuir. On ne pourra jamais battre autant de griffons…

Je vois un oiseau s’esclaffer sur Kamyu, il nous regarde avec insistance en piaillant. Je m’arrête. Le dévisage.

- Au fait, c’est quoi un griffon ? Et tu sais pourquoi il gigote comme ça, ce petit ?


La raison du plus fort est toujours la meilleure, sans force aucun rêve ne se réalise.



C'est pourquoi je dois être le plus fort, pour détruire leur raison avec mes rêves.

Fonda (folle,) sadique & Yokaï des Illusions instable
avatar
Afficher les informations sur le joueur et le personnage
Masquer les informations sur le joueur et le personnage
Age réel :
20
Messages :
707
Localisation :
Je suis nulle part et partout. Je suis là où le Vent me mène
Fiche de présentation :
http://origin.forumgratuit.fr/t8-vous-avez-dis-psychopathe-moi-je-vous-repond-kamyu-y-a-pas-mieux
Livre du destin :
http://origin.forumgratuit.fr/t69-le-livre-de-kamyu-le-destin-tourmente-d-une-jeune-ame
Âge de votre personnage :
13
Compagnon :
Kazemi, une jeune phénix bleue
Possessions :
Une robe, une cape en guise de vêtements. Une faux noire, Crystal Dark, ainsi que deux dagues avec des fourreaux reliés à deux lanières de cuir qui forment une ceinture, son pendentif, une carte offerte par Pandore, un bâton retrouvé dans sa main un beau matin, la cape de Redstorm et c'est tout.
Savoirs :
- Chasse [http://origin.forumgratuit.fr/t62-que-de-salles-quete-de-kamyu]
- Magie de soin [http://origin.forumgratuit.fr/t81-fais-ce-que-tu-veux-apres-tout-ce-n-est-pas-mon-corps]
- Poisons et antidotes (basique) [http://origin.forumgratuit.fr/t100-trefonds-tenebreux-et-farfelue-foret-morghhur-et-kamyu]
- Cuisine [http://origin.forumgratuit.fr/t104-brise-casserole-kamyu#989]
- Chant (humain et loup) [http://origin.forumgratuit.fr/t107p20-l-aria-de-l-ame-quete-kamyu]
Niveau :
4
Expérience :
1
Date d'inscription :
21/06/2013
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://origin.forumgratuit.fr
Posté le Mer 15 Avr - 19:35.
Leur aura passa de l'agressivité à quelque chose de plus calme, l'un après l'autre. Si je n'avais pas été là, dans cette situation, j'aurais assisté à un combat sans merci entre un Démon et un Elfe incapables de se contenir. Si je n'avais pas été là, dans cette situation, peut-être qu'ils ne se seraient pas retrouver à échanger des menaces vides de sens.. Exterminer tous les Démons..? Pensait-il y parvenir sans être arrêter, sans se heurter à bien plus fort que lui ? Redstorm me sembla orgueilleux et trop sûr de lui en prononçant ces mots. Utopie, lui non plus, ne se gêna pas pour faire valoir ses droits et ses compétences.. Ceci dit, je n'étais pas sûr qu'il puisse parvenir à mettre ses menaces à exécution.Tout dépendait des capacités de l'elfe. Si toutefois il était resté tel que je l'avais rencontré, quelques temps auparavant. Leurs armes plantées dans le sol, ils réussirent tout de même à trouver un terrain d'entente.. Même si je n'appréciais pas vraiment être ce terrain. Quelque chose me dérangeait dans la situation, mais je n'arrivais pas à savoir quoi. Ce n'était pas Kazemi qui protestait de se faire ainsi ignorer ni les cagues présences que je ressentais, loin, trop loin pour qu'elles ne soient autre chose qu'un vague ressenti. Non. C'était autre chose.. Et je ne parviendrais pas à savoir quoi avant de me retrouver avec ce même problème en plein front. Mais ce n'était pas pour ce jour-là.

Ces deux-là discutèrent un moment de ce qu'ils comptaient faire de moi, sans trop se soucier de ce que j'avais à dire ou ce que je pensais de leur solution. Mais je ne les écoutais pas vraiment. Les yeux fermés, j'attendais, j'écoutais. Je cherchais à ressentir. Quoi ? Je l'ignorais. Mais leur conversation ne m'intéressait pas, si Kazemi semblait vouloir y ajouter son grain de sel. Je repris conscience de ce qui se passait autour de moi en sentant vaguement la Présence de l'elfe au dessus de moi, tomber.

- Là bas... Il y a une bonne vingtaine de griffons qui arrivent vers nous. Ils sont encore à quelques kilomètres, mais ils viennent bien vers nous. Je pense qu'il faut que l'on agisse vite, à moins que vous ne vouliez affronter une horde de griffons?

Du coin de l'oeil, je regardai la direction qu'il indiqua. C'était de là que venait la présence que je ressentais depuis un moment, sans rien pouvoir en tirer de plus. Des griffons.. Utopie me souleva, bientôt aidé par Redstorm, tandis que j'écoutais ce que disait la jeune phénix, perchée sur la tête. Dans mon dos, ma faux se détacha et tomba à terre. Ce n'était pas surprenant, les liens de fortune que j'avais fait avaient été mis à mal tout à l'heure. Si je voulais faire signe, c'était maintenant.. Mais si je voulais faire signe, je devais laisser tomber mon capuchon et exposer ma peau à la brûlure du soleil. Et ça, j'en avais tout sauf envie. Alors, je laissai ma faux tomber sur le sol sans pouvoir rien faire, espérant qu'un de mes deux comparses l'entende tomber et la ramasse. Je ne tenais pas vraiment à la perdre, même s'il me restait mes deux dagues, dissimulées sous ma cape, accrochées à ma ceinture.

- Au fait, c’est quoi un griffon ? Et tu sais pourquoi il gigote comme ça, ce petit ?
- Kazemi essaye de vous donner son point de vue. Elle a également dit que les griffons sont des êtres mi-lions mi-aigles. Ils possèdent de la magie et une intelligence plus développée que celle de certains humanoïdes. Kazemi a ajouté que s'ils ont des petits avec eux, il valait mieux éviter de les offenser.

Chaud.. Il faisait trop chaud, pour parler autant. C'était fatigant.. Je voulais dormir, ne plus ressentir la chaleur. Mais je savais que je ne devais pas, même si j'ignorais pourquoi exactement. J'écoutai Kazemi, et transmit les derniers mots qu'elle prononça avant de se renfrogner.

- Elle dit aussi que vous n'êtes pas malins, à agir de la sorte.


De l'ombre.. Pourquoi y avait-il fallut fuir le maigre abri prodigué par l'arbre..? Les griffons ne nous attaqueraient pas sans raison, non..? Je n'avais pas vraiment la force de protester, de toute façon. Alors, pour cette fois, je me laissai faire.



Invité

Invité
avatar
Afficher les informations sur le joueur et le personnage
Masquer les informations sur le joueur et le personnage
Revenir en haut Aller en bas
Posté le Mer 15 Avr - 22:07.
Lorsque je vis Utopie prendre Kamyu par un bras et me faire signe de l'aider, je pris l'autre bras et la souleva avec l'aide d'Utopie. Nous la soutenions bien, elle ne risquait pas de tomber de nouveau et ses efforts étaient réduits.

On doit s’enfuir. On ne pourra jamais battre autant de griffons.

Pour une fois, j'étais d'accord avec Musclopie. Puis j'entendis un bruit, comme quelque chose qui tombe. Je m'arrêta et vis que la faux de Kamyu était tombée. Je laissai cette dernière entre les bras d'Utopie et ramassa la faux. A priori, les liens avaient cédés. Je la pris d'une main, même si elle était assez lourde à porter d'une seule main, et repassai le bras de la jeune femme sur mon épaule pour la soutenir. C'est à ce moment là que je vis un oiseau s'agiter sur l'épaule de Kamyu, et je remarquai qu'Utopie fixait également l'oiseau. Intrigant à souhait, ce petit être.


Au fait, c’est quoi un griffon ? Et tu sais pourquoi il gigote comme ça, ce petit ?

A ce moment là, la yokaï essaya de s'exprimer, mais, une fois de plus, je ne la compris pas. Et cet oiseau agité, on aurait dit que s'il avait pu s'exprimer, il nous aurait sans doute exposé son point de vue. Mais n'ayant toujours pas de parole compréhensible de la part de Kamyu, je décidai de répondre à Utopie.

Les griffons... C'est des êtres au buste d'aigle et corps de lion. Ces créatures ont des serres très tranchantes. Et pour cet oiseau... On dirait qu'il tente de communiquer avec nous, on dirait qu'il souhaite exprimer son point de vue. Mais malheureusement, je le comprend à peu près autant que je comprend Kamyu.

Plus nous avancions, et plus j'avais l'impression que Kamyu était fatiguée. Sans doute aurions-nous du rester à l'ombre... Non, ça aurait été du suicide... Kamyu prononça de nouveau des paroles, mais une fois encore je ne la comprenais pas. Ne pourrais-je donc jamais la comprendre? Étais-je condamné à rester éternellement dans l'incompréhension de ses paroles? Je l'ignorais. A force de marcher, je commençais à apercevoir, au loin, une chaine de montagnes. Et, par chance, je remarquai qu'il y avait, non loin de nous, une zone avec quelques arbres. Plus on s'en approchait, et plus j'entendais de l'eau couler. Une source? Une petite source dans un petit bosquet? Ou bien un mirage? Je l'ignorais, mais je continuais à avancer, soutenant Kamyu d'un bras, et sa faux de l'autre. Maintenant, je désirais aussi de l'ombre. Mais je n'allais pas être déçu.

Ah, on dirait qu'il va bientôt faire nuit... Une fois la nuit tombée, on fera quoi?

J'esquissai un petit sourire. Les nuits sont fraiches, cela ferait du bien à Kamyu de se reposer. Encore fallait-il trouver un endroit propice pour passer la nuit tout en veillant sur Kamyu. Il fallait que l'on veille sur elle. Et surtout... je commençais à être las de toute cette marche... et j'avais faim. Très faim. Cela faisait un moment que je n'avais pas mangé. Dans le silence de ces terres, mon ventre gargouilla tellement fort que je dus baisser la tête et que je me mis à rougir.

Excusez-moi...

J'avais honte de ce bruit mais ne put m'empêcher de sourire car je pensais à la scène et trouvai cela comique. Mais mon sourire fut de courte durée lorsque j'entendis un grognement plus fort.

Ah là c'est pas moi...

C'est à ce moment précis que j'entendis un autre grognement, ressemblant plus à un grondement. Et cette fois, il fut plus fort

Euh... Qu'est-ce qu'il se passe?

Je commençais à avoir un peu peur et tenta de me détendre.

Utopie, il en fait du bruit, ton ventre...

J'esquissai un léger sourire mais ne pus cependant pas cacher ma crainte. Ca se voyait que j'avais peur, ça se voyait dans mon regard. Je n'aimais pas ça, je ne savais pas ce qu'il allait se passer, mais j'étais pratiquement sur qu'il allait se passer quelque chose de pas forcément bien. Il ne se passait jamais rien de bien depuis que j'étais dans ce monde...

Modo orthographe & Démon infirme
avatar
Afficher les informations sur le joueur et le personnage
Masquer les informations sur le joueur et le personnage
Age réel :
17
Messages :
305
Compagnon :
- Un staïpil aveugle et sans nom.
Possessions :
-Une plume obtenue d'un Griffon durant une quête. (Et ouais, une plume, qui dit mieux ?!)

Savoirs :
- Cartographie [http://origin.forumgratuit.fr/t19-quand-il-s-agit-de-retrouver-son-chemin-utopie]
- Chasse [http://origin.forumgratuit.fr/t48-et-avec-cette-corde-je-fais-quoi-utopie]
Niveau :
4
Expérience :
65
Date d'inscription :
26/06/2013
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Posté le Ven 17 Avr - 21:40.
L'humour était un art abstrait à mes yeux. J'en avais une certaine définition, une certaine appréhension, mais rien de bien concret, je ne savais pas comment l'utiliser, juste qu'il existait et qu'il basait tout son pouvoir sur un jeu s'appuyant sur le sens des mots, et les circonstances dans lesquels ils étaient dit. Alors, quand j'entendis un bruit sourd, grondant et révoltant, quand je sentis tous mes sens s'alarmer, exploser d'inquiétude, et quand Redstorm dit d'un air simple, après m'avoir expliqué ce qu'était un griffon, que le son était peut-être dû à mon estomac vrombissant, je ris. D'un bon rire, d'un rire sincère, a bouche grande ouverte et les larmes aux yeux. L’angoisse qui pesait sur mes épaules disparut, soudainement remplacée par une joie inconsciente, instantanée et provisoire. Provisoire car elle repartit aussitôt, comme elle était venue. Je n’avais pas faim. Et la nuit tombait, le ciel était fissuré en deux blocs. L’un arborait un ciel pastel aux couleurs chatoyantes et l’autre n’était que lumière diffuse dans les ombres. Que choisir ? Devions-nous nous plonger dans les ténèbres, ou courir coûte que coûte vers l’astre solaire, le suivre à jamais dans sa course jusqu’à en crever ? Je me promis de trouver une solution à cette question plus tard.

Kamyu avait prononcé quelques mots avant que Monoreilles ne commence son oral, inintelligibles autant pour le nouveau venu que pour moi. Son compagnon piaffait toujours dans notre direction, gestuelle et voix aigüe à l’appui. Pourquoi s’alarmer ainsi ? Des griffons arrivaient. Le combat était forcément imminent... Les coups seraient échangés, le sang versé, point final, aller plus loin était une perte abominable de temps et de concentration. Sauf si… Sauf s’il s’agissait d’un problème plus imminent. Une bête plus forte. Plus puissante. Un flot d’adrénaline me parcourra. Oui… Un groupe d’ennemi, c’est bien… Mais un ennemi seul, plus fort que moi… C’est mieux… La frénésie me gagna. Le sang et le combat emplirent mon cerveau, l’envie de tuer fut plus présente sur ma tempe. Tuer… Je tapai du pied sur le sol, impatient. Découdre… Mon regard croisa celui de l’oisillon et s’y planta comme une lame. Je me trompai.  Les griffons n’étaient pas un danger… Pas nécessairement… Ils venaient vers nous pour autre chose. Autre chose… Quoi ? Le bruit se fit plus oppressant, plus omniprésent. Il m’envahit, fit vibrer le sang dans mes veines, il était en moi. Je vis les griffons arriver dans le ciel, ils n’étaient plus qu’à une centaine de mètres.

Le monde s’embrasa alors. Des nuées de flammes volèrent en tous sens. Le sol tremblait, il se fissurait par endroit. Tout s’accéléra. La colline la plus proche explosa, projetant roches, feux et fumées partout où elle le pouvait. J’eu du mal à garder mon équilibre. J’étouffai. Le paysage n’était plus qu’un noir bariolé de lueurs rouges vives, comme d’immenses plaies sur son cadavre brûlé. Un autre grondement. Plus de rouge, toujours plus de rouge. Un liquide opaque coulait sur le sol, brûlant, éclatant, de la couleur du sang. Je l’évitai du mieux que je le pu. Une tâche plus grande apparut et le brouillard se dissipa.

Je sus alors ce qu’était la peur, la vraie, celle qui vous prend au tripes et qui ne vous lâche que quand elle vous a tué, où quand vous l’avez tué.

Je sus que la blague de Redstorm serait peut-être, sûrement, la dernière que j’entendrais.

Une masse immense sortait de la montagne, ce même liquide rouge la recouvrait. Elle avançait vers nous.


La raison du plus fort est toujours la meilleure, sans force aucun rêve ne se réalise.



C'est pourquoi je dois être le plus fort, pour détruire leur raison avec mes rêves.

Fonda (folle,) sadique & Yokaï des Illusions instable
avatar
Afficher les informations sur le joueur et le personnage
Masquer les informations sur le joueur et le personnage
Age réel :
20
Messages :
707
Localisation :
Je suis nulle part et partout. Je suis là où le Vent me mène
Fiche de présentation :
http://origin.forumgratuit.fr/t8-vous-avez-dis-psychopathe-moi-je-vous-repond-kamyu-y-a-pas-mieux
Livre du destin :
http://origin.forumgratuit.fr/t69-le-livre-de-kamyu-le-destin-tourmente-d-une-jeune-ame
Âge de votre personnage :
13
Compagnon :
Kazemi, une jeune phénix bleue
Possessions :
Une robe, une cape en guise de vêtements. Une faux noire, Crystal Dark, ainsi que deux dagues avec des fourreaux reliés à deux lanières de cuir qui forment une ceinture, son pendentif, une carte offerte par Pandore, un bâton retrouvé dans sa main un beau matin, la cape de Redstorm et c'est tout.
Savoirs :
- Chasse [http://origin.forumgratuit.fr/t62-que-de-salles-quete-de-kamyu]
- Magie de soin [http://origin.forumgratuit.fr/t81-fais-ce-que-tu-veux-apres-tout-ce-n-est-pas-mon-corps]
- Poisons et antidotes (basique) [http://origin.forumgratuit.fr/t100-trefonds-tenebreux-et-farfelue-foret-morghhur-et-kamyu]
- Cuisine [http://origin.forumgratuit.fr/t104-brise-casserole-kamyu#989]
- Chant (humain et loup) [http://origin.forumgratuit.fr/t107p20-l-aria-de-l-ame-quete-kamyu]
Niveau :
4
Expérience :
1
Date d'inscription :
21/06/2013
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://origin.forumgratuit.fr
Posté le Sam 18 Avr - 1:07.
Ils me trainèrent en direction de ce qui était noté sur la carte que m'avait remis la jeune femme que j'avais croisé Utopie comme la Chaîne A'glhâ. Redstorm décrit à son tour les griffons à l'intention d'Utopie. Le soleil descendait, petit à petit, dans le ciel. L'ombre n'allait plus tarder à prendre la place, peu à peu, à la lumière désagréable et brûlante qu'offrait le soleil en ces lieux. Moi, je luttais contre le sommeil, alors même que l'elfe tentait de plaisanter au sujet des grondements qui se faisaient entendre depuis un moment déjà. Si Utopie rit, ces plaisanteries glissèrent sur moi comme de l'eau le ferait sur ma peau. Nous approchons des grondements, à moins que ce ne soient eux qui se rapprochent de nous. Je ne sais pas. D'ailleurs, je m'en moquais. Il faisait chaud.. Bien trop chaud. Et ça, je ne pouvais le supporter. Les Présences des griffons se rapprochaient, peu à peu, et passèrent au dessus de nous. Mais j'étais trop fatiguée pour savoir combien ils étaient, ou quelles étaient leurs intentions. En revanche, malgré mon état de torpeur avancé, je sentis clairement la Présence d'Utopie changer pour quelque chose de moins rassurant, de plus malsain. Les griffons passèrent au dessus de nous. Et puis, ce fut l'apocalypse.

Ou ce fut tout comme. Le sol trembla, me réveillant de force. Bien qu'incapable de faire grand chose, malgré ma fatigue, mes sens se réveillèrent. Fuir. Partir le plus loin possible d'ici. Ne pas rester là, sous ces jets de flamme. C'est ce que tout mon corps me hurlait. Malgré tout, j'étais incapable de faire le moindre geste. Une colline non loin explosa. Des roches, du feu et de la fumée furent projetées dans tout les sens. Plus encore qu'auparavant, je sentis mon corps se couvrir de sueur, s'il ne l'était pas déjà. Je n'étais pas à ma place dans cet enfer si Kazemi, oiseau de feu, s'y sentait mal à l'aise. Elle, qui s'était renfrognée et réinstallée sur moi, regardait désormais dans tous les sens, à la recherche d'un abri quelconque ou d'un refuge dans lequel se hisser. Il n'y en avait pas, les griffons l'avaient compris. Il était trop tard. Trop tard pour fuir. Il était sur eux. Il était sur nous. Cette présence étrange, emplie de ressentiment et d'une soif que je ne saurais qualifier.. Le détenteur de cette présence apparut devant nos yeux. Large de plusieurs fois la taille d'un griffon, aussi grands que Redstorm à la croupe si ce n'est plus, long de plusieurs fois sa largeur, une langue de feu jaillissait de sa gueule. Sa peau semblait être faite en pierre, et si l'on pouvait deviner des écailles dessus, les motifs qui en découlaient renforçaient plus qu'autre chose l'impression qu'il était de pierre. Lorsqu'il ouvrait la gueule, deux immenses crocs qui devaient au moins faire  taille d'une de mes cuisses apparaissaient, semblant luire d'une étrange lueur, comme si le feu les recouvrait. Ses yeux, eux, semblaient être faits de feu, mis sous forme liquide. Cette créature avait tout d'un serpent. Et sans la connaître, je sus que nous n'étions pour lui rien de plus que de vulgaires insectes, qu'il ne m'écouterait pas. Tout comme je compris à la panique qui m'envahit, venant non pas de moi mais des créatures qui nous avaient dépassé, qu'il pensait là tenir son repas.

La créature avait suffisamment de puissance dans son corps pour faire trembler la terre là où il était passé, et déchirer la colline. Cela en disant long à propos du genre de créature à laquelle nous avions affaire. Mais si nous voulions nous sortir de là, nous n'avions d'autre choix que de trouver un moyen ou un autre de la distraire. Et dans mon état, je savais que je ne serais qu'un poids pour eux. Pour Kazemi, qui semblait refuser de me laisser. Pour ces deux êtres, Utopie et Redstorm, qui ne semblaient, eux aussi, vouloir me laisser à mon sort. Tout ce que je pouvais faire, c'était observer. Et c'est ce que j'allais faire. Me rendre témoin de la bataille qui allait avoir lieu ici même. Que nous survivions ou que nous mourrions, tout dépendait de l'issue de ce combat. Tout dépendait de la créature que nous allions affronter, et des forces respectives de nos deux camps. Même si la perspective de voir tant d'êtres se battre sous mes yeux me répugnait, et celle de ne rien pouvoir faire, ne pas avoir le moyen d'empêcher ça, encore plus. Pour nous, l'heure du jugement était venue.

[Vous vouliez du combat ? Faites vous plaisir ! Mais ne venez pas vous plaindre, c'est vous qui m'avez laissé champ libre pour la créature. Amusez-vous bien ~]


Invité

Invité
avatar
Afficher les informations sur le joueur et le personnage
Masquer les informations sur le joueur et le personnage
Revenir en haut Aller en bas
Posté le Dim 19 Avr - 14:20.
Autour de moi, ce fut le drame. Ce fut l'enfer. Il s'était mis à faire chaud. De plus en plus chaud. Il faisait beaucoup trop chaud, cette chaleur était devenue insoutenable. Je n'en croyais pas mes yeux. Des flammes jaillissaient du sol, le sol tremblait, un liquide rouge fumant coulait de la montagne, et il y avait ce grondement, qui se rapprochait, qui était menaçant. J'avais peur, et je sentais bien que je n'étais pas le seul à avoir peur. Utopie, qui précédemment avait ri, avait peur. Lui qui semblait fier, à ce moment, il avait peur. Puis la montagne explosa dans un grand fracas, projetant des rochers dans les airs. Le feu et la terre étaient déchainés, ils voulaient notre mort. Mais ce ne fut pas la fin. Le pire arriva peu après, sortant de la montagne. Cette chose était énorme, enflammée, cette créature monstrueuse ressemblait à un énorme serpent de feu et de roche. Et il n'y avait plus qu'une seule chose à faire: nous devions nous battre, car il était beaucoup trop tard pour fuir. Moi, je pouvais me cacher et m'enfuir, mais les ailes d'Utopie ne lui auraient pas permis de voler, vu l'état dans lequel elles étaient. Et Kamyu... elle était trop faible pour fuir. Elle n'aurait jamais pu fuir seule, et elle n'était visiblement pas en état de se battre.

Réfléchir, vite, nous n'avions plus beaucoup de temps. Il fallait trouver comment nous débarrasser de cette créature, de ce monstre venu tout droit des profondeurs du monde, cette... chose infernale. Et puis, peut-être que si Utopie et moi le vainquions, tout serait différent entre nous. Peut-être que si je leur sauvait la vie, tout changerait. Puis, il me vint une idée: J'étais capable de me dissimuler dans l'ombre, et donc, d'être invulnérable temporairement. Et eux, ils pouvaient m'être d'une grande aide. Un air démoniaque vint dans mes yeux, un air de tueur. Je voulais tuer cette chose, et aussi protéger mes... compagnons? Il fallait que j'agisse. Et c'est ce que j'allais faire. Et c'est ce que j'ai fait. Tout d’abord, il fallait commencer par trouver un point faible à cette monstruosité. Et c'est pour cela qu'Utopie et Kamyu allaient m'être utiles. Car c'est eux qui allaient chercher le point faible. Mais j'avais aussi ma part à jouer, dans ce petit détail. Premièrement, il fallait faire diversion. Ensuite, il fallait que ce serpent me suive assez loin pour qu'ils puissent l'observer assez longuement. Et enfin, il fallait qu'il y ait de l'ombre. Tout reposait là dessus. S'il n'y avait pas d'ombre, je ne pouvais pas disparaître. L'idée était simple: la créature me suivrait, je disparaîtrais, la créature continuerais son chemin assez longtemps pour que je puisse sortir sans risque. Alors je commençai.

Je rendis la faux à Kamyu, retirai ma cape et sortis mon arc. Il n'y avait que comme ça que je pourrais l'attirer. Soudain, un énorme rocher vint s'écraser près de nous, entre nous et le monstre. Il me vint alors une idée. Avec la force qu'il avait, Utopie pouvait briser ce rocher et en envoyer les fragments sur le monstre afin de le faire crier. Et à ce moment là, je tirerais à l'intérieur de la bouche de cette... chose. Et je l'appellerais afin de l'attirer. Et je prendrais la fuite. A ce moment là, Utopie lâcha Kamyu, qui chancela et tomba. Heureusement, j'eus le temps de la rattraper et de l'assoir avant qu'elle ne touche le sol. Le démon s'étira, craqua un à un tous ses membres et se mit à rire. D'un rire malsain, un rire démoniaque, un rire qui m'aurait glacé le sang si je ne m'étais pas mis à rire de la même manière. Machinalement, Utopie s'étira de nouveau et donna un énorme coup au rocher, qui, à défaut de se briser, s'envola et explosa sur la tête su serpent, qui se mit à ouvrir grand la gueule. J'en profita pour décocher une flèche et commença à courir, avant que la flèche n'aille se planter dans la glotte de ce monstre. Une fois à quelque mètres d'Utopie et de Kamyu, je décochai une nouvelle flèche qui eut simplement pour effet de se briser contre la peau de la créature.

-Eh, le ver de terre, viens par là!

La créature sembla comprendre ce que j'avais dit, ou du moins, elle avait compris que le ton était ironique. Elle tourna la tête et je décochai une nouvelle flèche dans sa bouche. Elle poussa un hurlement horrible, de haine, de rage, alors je me mis à courir, poursuivi par cette créature horrible. Je courrais aussi vite que je le pouvais, elle gagnait du terrain. Utopie, lui, voyant le corps du serpent défiler comme ça devant lui, donna un coup de poing dans un mouvement de rage sur le corps. Puis un deuxième directement après, exactement au même endroit. Le choc fit légèrement glisser la créature sur le côté, me laissant un peu de terrain, mais elle continuait toutefois à me poursuivre. Puis ce fut le moment de vérité: le monstre était de plus en plus proche de moi, je sentais de plus la chaleur sortant de sa gueule. Je n'en pouvais plus à force de courir, mais à ce moment là, un jet de flamme jaillit du sol juste devant moi. Je ne pouvais ni avancer, ni reculer. J'étais fait comme un rat. Dans un mouvement de désespoir, je rangeai mon arc et sortis Salkan. Je le pris à deux mains, me concentra fortement, concentrant de l'énergie dans tout mon corps. Je ne savais pas pourquoi je faisais cela, je ne savais pas ce que je comptais faire. Puis je sautai, levant Salkan au dessus de moi, la quantité d'énergie que j'avais accumulé sans le savoir m'avait permis de sauter sur le côté, évitant la créature, et abattant Salkan sur le sol assez violemment, mais cela n'eut Aucun effet sur la créature. Son ombre. J'étais en contact avec son ombre. Je me concentrai fortement et disparus, puis je réapparus au bout de l'ombre de ce monstre, à sa queue. Il ne s'était pas rendu compte du piège et je repartis en direction de mes deux compagnons. Mon plan avait fonctionné, mais je n'avais pas penser à leur dire de lui trouver un point faible. Mais pendant que j'étais dans son ombre, j'avais remarqué son point faible: Son ventre. C'était la seule partie qui n'était pas protégée par une peau en roche, mais par une peau plus fine. Peut-être solide, mais plus fine. Et si on voulait vraiment lui faire quelque-chose, c'était là. Mais le problème, c'était justement la créature: comment la retourner?

Elle se tourna lorsque j'arrivai près d'Utopie et de Kamyu, qui ne semblaient pas comprendre pourquoi j'avais fait ça, et commença à revenir vers nous.


-Son ventre... c'est son seul point faible... Faut le retourner...

J'étais fatigué, exténué, je n'en pouvais plus. La force me manquait, je sentais une douleur monter en moi. Ma tête... j'avais mal. Arrivé près de Kamyu et Utopie, je m'écroulai sur le sol, tenant ma tête entre mes mains...

Mort... Douleur... Souffrance... Haine... Rage... Rancune... Destruction... Horreur... Terreur... Cauchemar...

Ces voix dans ma tête! C'était affreux! Ça recommençait, hélas, je ne pourrais rien faire dans cet état, mais je me relevai tout de même: il fallait que j'aille jusqu'au bout pour les aider. Je devais me battre jusqu'au bout. Je vis Utopie s'écarter un peu de nous et serrer les poings en regardant la créature. J'avais agi, c'était son tour. Il commença de nouveau à rire de son rire sadique, démoniaque. Je m'approchai de Kamyu et passa devant elle, Tourmente entre les mains, titubant et ayant du mal à me concentrer, afin de couvrir Utopie du mieux que je pouvais. C'était son tour d'agir, et dans son état, il ne s'arrêterait que lorsqu'un des deux serait mort.

Déséspoir... Tristesse... Détermination... Peur... Amitié... Aide... Entraide...

Encore ces voix... Mais... Je compris à ce moment là. Unis, nous pourrions le vaincre. Désunis, nous ne pourrions pas. Unis, nous pourrions nous en débarrasser. Désunis, C'était la fin. Unis, la vie, désunis, la mort.




[Bon à ton tour Utopie, j'espère que tu pourras faire quelque chose de bien avec ça, à toi de jouer Wink ]

Modo orthographe & Démon infirme
avatar
Afficher les informations sur le joueur et le personnage
Masquer les informations sur le joueur et le personnage
Age réel :
17
Messages :
305
Compagnon :
- Un staïpil aveugle et sans nom.
Possessions :
-Une plume obtenue d'un Griffon durant une quête. (Et ouais, une plume, qui dit mieux ?!)

Savoirs :
- Cartographie [http://origin.forumgratuit.fr/t19-quand-il-s-agit-de-retrouver-son-chemin-utopie]
- Chasse [http://origin.forumgratuit.fr/t48-et-avec-cette-corde-je-fais-quoi-utopie]
Niveau :
4
Expérience :
65
Date d'inscription :
26/06/2013
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Posté le Dim 19 Avr - 17:00.
Pas fuir. Combattre. Détruire.

La bête était devant nous. Un serpent géant aux écailles de pierre et aux yeux de feu. Un être assoiffé de sang qui n’apporte à nos vies qu’un soupçon de considération. Je l’aimais déjà. Je ris en écartant les bras, j’accueillais le nouvel adversaire. Un sourire sadique s’étira sur mon visage. Celui même que j’arbore lorsque je dépèce un Brish, celui qui vient lorsque mon corps est parcouru de frissons, lorsque j’exalte. Tout volait autour de moi, tout brulait autour de moi. Une pierre arriva depuis les cieux et s’écrasa dans un fracas devant notre petit groupe. Quel beau caillou, quel superbe jouet ! Pour se faire les griffes dessus, ou plutôt les poings. Elle s’envola dès le contact de ma paume, traversa les volutes de fumées, éteignit les flammes célestes et se fracassa contre le crâne de mon très affectueux reptile. L’adversaire cracha sa haine dans un hurlement en ouvrant sa gueule énorme. Redstorm, que j’avais oublié, commença alors son petit monologue, gestuel cette fois.

Lui. Pourquoi il accapare l’attention ? Pourquoi il ne me laisse pas faire ?

L’elfe décocha une flèche qui se planta sèchement dans la glotte adverse. Il s’enfuit alors, décocha une seconde flèche qui eut l’effet d’une brise sur la peau du serpent. Redstorm l’appela, faisant en sorte d’attirer son attention par une provocation dont il a l’art et la manière. La créature comprit et commença la traque du pauvre Monoreilles. Elle passa devant nous sans un regard, j’en profitai alors pour échauffer mes poings sur sa peau, quelque chose de solide, en somme, quelque chose de trop solide. Redstorm perdait du terrain, la bête se rapprochait dangereusement de lui et il fut bientôt coincé par un jet de flammes. Il changea d’arme, prônant son épée au-dessus de sa tête. Il resta ainsi immobile quelque seconde, bêtement, puis s’envola en l’air, et s’envola nulle part. Il disparut. Puis réapparut sur le bout de la queue du monstre. Il revint vers nous. La créature aussi. Il nous révéla le point faible de cette dernière, son ventre, lui qui parlait d’estomac. Puis il s’affala sur le sol.
Kamyu hors-service, c’était à mon tour, de m’amuser un peu.

Oui. Tu sais. Jouer. Avec sa vie, avec son arme.

Je savais. Quoi faire. Comment m’amuser. Comment vaincre. C’était si simple, et si complexe à la fois. Je ne devais rater aucun mouvement, tout réussir, sinon l’amusement finirait en boucherie. Je ris. Amusement, boucherie, quelle différence ? Le serpent était encore à distance raisonnable, j’avais le temps. Je m’approchai doucement de Redstorm. Un coup de pied suffit à lui faire lâcher son arme, que je ramassai. J’attrapai l’Elfe de ma main gauche et le trainai sur le sol brûlant.

- Désolé…, Lui chuchotai-je.

J’étais face à la bête. Fier, droit. Mon regard traversa le sien, puis alla vers Kamyu. Ses yeux. Puis sa faux. Puis les yeux de la bête. Je repris mon duel silencieux avec le reptile. Il sifflait, rageait, s’enrageait, lui aussi voulait se battre. Je soulevai Redstorm pour lui faire décoller les pieds du sol.

- C’est lui que tu veux ?

Je ris.

- Viens le chercher.

Je tendis Redstorm à la bête, en ultime offrande.

Ne rate pas. Tu y laisserais un bras.

Tout s’accéléra. Je vis les flammes s’arrêter de danser, je vis la fumée opaque se figer dans les airs, je vis le monde au ralenti. Les écailles du serpent luisaient, reluisaient. Sa tête avançait lentement vers moi, vers mon bras, vers Redstorm. Il ouvrait sa gueule. Plus que trois mètres. Les crocs étaient exhibés, c’était le moment. Plus que deux mètres. Je balançai mon otage dans les airs, hors de portée du reptile. Plus qu’un mètre. C’est ça. C’est le moment. Ma lame allait se planter dans le plafond de sa bouche, lui perforer le plus de chose possible. Je n’allais pas le tuer, certes, mais c’était réciproque. Il n’allait broyer que mon bras droit.

Un sourire se dessina sur mes lèvres.


La raison du plus fort est toujours la meilleure, sans force aucun rêve ne se réalise.



C'est pourquoi je dois être le plus fort, pour détruire leur raison avec mes rêves.

Fonda (folle,) sadique & Yokaï des Illusions instable
avatar
Afficher les informations sur le joueur et le personnage
Masquer les informations sur le joueur et le personnage
Age réel :
20
Messages :
707
Localisation :
Je suis nulle part et partout. Je suis là où le Vent me mène
Fiche de présentation :
http://origin.forumgratuit.fr/t8-vous-avez-dis-psychopathe-moi-je-vous-repond-kamyu-y-a-pas-mieux
Livre du destin :
http://origin.forumgratuit.fr/t69-le-livre-de-kamyu-le-destin-tourmente-d-une-jeune-ame
Âge de votre personnage :
13
Compagnon :
Kazemi, une jeune phénix bleue
Possessions :
Une robe, une cape en guise de vêtements. Une faux noire, Crystal Dark, ainsi que deux dagues avec des fourreaux reliés à deux lanières de cuir qui forment une ceinture, son pendentif, une carte offerte par Pandore, un bâton retrouvé dans sa main un beau matin, la cape de Redstorm et c'est tout.
Savoirs :
- Chasse [http://origin.forumgratuit.fr/t62-que-de-salles-quete-de-kamyu]
- Magie de soin [http://origin.forumgratuit.fr/t81-fais-ce-que-tu-veux-apres-tout-ce-n-est-pas-mon-corps]
- Poisons et antidotes (basique) [http://origin.forumgratuit.fr/t100-trefonds-tenebreux-et-farfelue-foret-morghhur-et-kamyu]
- Cuisine [http://origin.forumgratuit.fr/t104-brise-casserole-kamyu#989]
- Chant (humain et loup) [http://origin.forumgratuit.fr/t107p20-l-aria-de-l-ame-quete-kamyu]
Niveau :
4
Expérience :
1
Date d'inscription :
21/06/2013
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://origin.forumgratuit.fr
Posté le Dim 19 Avr - 19:17.
La chaleur. La chaleur, encore et toujours la chaleur ! Cette fichue chaleur qui entravait mes mouvements, qui embrumait mon esprit et m'empêchait de penser clairement à quoi que ce soit ! Qu'elle disparaisse, cette chaleur ! Qu'elle ne devienne rien d'autre que le souffle froid et apaisant de la nuit ! Si seulement... Mais quelque part au fond de moi, je savais qu'il n'en serait pas ainsi, que je devrais supporter cette chaleur jusqu'à ce que je sorte d'ici, jusqu'à ce que ce fichu serpent ne soit rien de plus qu'un amas de chair laissé aux corbeaux. Mes vêtements me collaient à la peau, m'irritant le dos, renforçant plus encore ma sensation de malaise. Mais plus encore, j'avais le souffle court. Il fallait que je parte d'ici.. Je ne devais pas rester là, dans ces conditions. Sinon, ce n'est pas le serpent que je verrais étendu, gisant au sol, mais bel et bien moi. Je n'arrivais même plus à sentir les Présences autour de moi. Je ne tiendrais plus très longtemps.. Il fallait trouver quelque chose, vite. Kazemi le sentait, elle aussi. La sueur coula sur mon front, gênant ma vue. J'entendis l'Elfe et le Démon rire, comme s'ils étaient plus cruels encore que la bête. Le souffle provoqué par la chute du rocher m'apaisa un peu. Mais ce n'était pas ça qui allait m'aider à tenir plus longtemps. Je le sentais, petit à petit.. Peu à peu, ma conscience échappait à mon contrôle. Je ne pourrais plus faire grand chose. Pourtant, je savais que je devais agir.

L'Elfe me rendis ma faux, à laquelle le bâton était toujours attaché, par je ne sais quel miracle. Il avait détaché sa cape et prit son arc. Utopie fit voler le rocher en éclat, et Redstorm en profita pour décocher une flèche dans la gueule du monstre. Il tira une nouvelle fois, mais sa flèche ne fit, cette fois, que ricocher contre la peau de la créature. Ce qui l'agaça tout de même légèrement. Moins que de se faire provoquer par un être qui mourrait d'être transpercé une simple fois par l'un de ses crocs, sans même laisser à un quelconque poison le temps de faire effet. La bête se mit à poursuivre Redstorm, qui, une fois bloqué par un jet de lave, empoigna son épée et frappa le sol à côté du monstre après être resté immobile un instant. Le coup ne fit même pas bougé le monstre, contrairement aux deux coups que lui avaient porté Utopie. Il disparut, et réapparut derrière la queue de la bête. Il revient vers nous, visiblement épuisé par ses efforts. Utopie prit à son tour la main. Il s'approcha de l'Elfe, qui avait révélé comme point faible potentiel le ventre du serpent; lui donna un coup de pied afin de lui faire lâcher son arme et de la ramasser. Il le traîna sur le sol et, sans ménagement aucun, s'en servit d'appât pour attirer le serpent. Lorsque le serpent fut sur lui, sur nous, il balança l'Elfe dans les airs, hors de portée immédiate de la gueule du serpent. Il brandit l'épée, se préparant à lui enfoncer dans le palais. la bête n'en mourrait pas. En revanche, la seule chose que je fus capable de voir, c'est que lui allait se faire arracher un bras, se le faire complètement broyé le cas échéant.

Alors, j'agis. Je n'avais plus que ça à faire, et de toute façon, ma conscience était en train de m'abandonner. Je n'avais plus que quelques secondes de lucidité, pour agir, je le savais. La chaleur était trop insupportable. Mon corps était trop faible. Je fermai les yeux quelques fractions de secondes, les rouvrit aussitôt. Je puisai en moi les dernières parcelles de force qu'il pouvait me rester, dégaina l'une de mes dagues d'une main et posant l'autre devant moi du même geste. Je serrai les dents. J'espérais avoir assez de force, assez de volonté, mais surtout assez de temps, et bougeai. Je lançai mon bras en arrière avant de le propulser en avant. Et lorsque je ne pus plus le tendre davantage, je lâchai le manche de ma dague. Je priai pour qu'elle atteigne l’œil du serpent, mais je savais que je ne serais pas lucide assez longtemps pour le savoir. Qu'importe ? Si j'échouais, je ne serais plus là pour le regretter. Je m'écroulai au sol. Et avant de fermer les yeux, je regardai Kazemi, et fit tourner mon regard dans une direction bien précise. J'espérai qu'elle comprendrait. Qu'elle saurait. Et qu'elle réussirait. Relâcher ce qu'il me restait d'énergie m'avait permis, le temps d'une fraction de seconde, de ressentir à nouveau les Présences, et de localiser celle que je cherchais. Maintenant, ce n'était plus de mon ressort. Je ne pourrais rien faire.. De plus... De toute façon...

Je fermai les yeux. Je n'étais plus là, dans ce faible corps gisant par terre, un bras à demi-replié sous le buste et l'autre étendu devant. Je ne ressentais pas plus ma tête gésir lourdement sur le sol, une joue contre le sol brûlant, que la douleur qui irradiait de mes ailes, elles aussi étendues au sol, peut-être étrangement pliées. Je n'étais pas plus conscience des plumes qui s'étaient brisées et avaient pénétré la chair de mes Ailes, provoquant une douleur innommable qui n'était cependant pas innocente à l'état de mon esprit. Non.. Là où j'étais, j'étais bien. Il n'y avait rien.. Seulement le noir... Seulement moi. Rien d'autre. Ni douleur, ni pensée. Ni confusion, ni espoir, ni désespoir. Seulement moi. Et les Ténèbres... Ces douces Ténèbres qui m'emportaient, peu à peu. Ces douces Ténèbres qui m'entouraient, me recouvraient, et séparaient mon esprit du supplice de la chaleur. Seulement moi. Et le noir. Alors, comment pourrais-je savoir ce qu'il était advenu après ça, ou même si Kazemi s'était envolé, rapidement, prestement à l'aide de ses petites ailes d'oisillon, dans la direction que j'avais essayé de lui indiquer..? Non.. Je n'en savais rien. Et ce n'était plus dans les préoccupations. Je voulais... Seulement.. Dormir.


Invité

Invité
avatar
Afficher les informations sur le joueur et le personnage
Masquer les informations sur le joueur et le personnage
Revenir en haut Aller en bas
Posté le Lun 20 Avr - 0:53.
J'étais mal en point. Vraiment mal en point. Je m'étais écroulé au sol, et lorsque je rouvris les yeux, Utopie me trainait au sol, s'excusant de ce qu'il faisait. J'étais trop faible pour réagir. Il me traina puis me souleva, je compris à cet instant qu'il voulait se servir de moi comme appât. Il me secoua, menaçant le serpent. Je vis alors qu'il tenait Salkan en main. Ainsi donc, c'était ce qu'il comptait faire. Il allait sacrifier son bras héroïquement et planter Salkan dans la gueule de ce monstre. Sauf que vu que la bête était lancée, si Utopie le transperçait, nous aurions fini écrasés par cette horrible créature. Peu importait, le plus important était que Kamyu reste en vie. Le monstre s'approchait. Je sentais sa chaleur. Je le voyais. La chaleur me faisait me sentir mieux. Je n'avais plus froid. Je pouvais de nouveau me battre. Mais Utopie était plus à même que moi de défendre Kamyu. Il fallait un sacrifice, et ce serait le mien. Un monstre ou une personne. Pas deux. Je ne pouvais le tolérer. Je me sentais un peu revivre. Je me débattis alors et me délivrai de l'emprise d'Utopie, lui arrachai Salkan et poussai Utopie en direction de Kamyu. C'est à ce moment que je vis Kamyu jeter sa dague en direction du Serpent, puis s'effondrer au sol. Je m'adressa donc à Utopie.

T'es plus apte que moi à la protéger. Si l'un de nous doit mourir ici ce soir, c'est moi.

Je tenais Salkan fermement. Le peu d'énergie qu'il me restait me permettrait au moins de faire une chose de bien dans ce monde avant ma fin. Que disais-je? Ma fin? Non, il ne fallait pas raisonner comme cela... Surtout pas... Utopie... Kamyu... Je ne devais surtout pas mourir. Pas là, pas comme ça.

Utopie, je te fais une promesse: si on s'en sort vivant, un jour, ton combat contre moi, tu l'auras.

Je lui fis un sourire amical. Un sourire radieux, sincère, le genre de sourire que l'on fait à une personne que l'on apprécie beaucoup. Le sourire que l'on fait à un ami. Un sourire également terrifiant et triste, dans lequel on pouvait lire "je vais peut-être mourir là, sans avoir eu le temps de vous connaître". Il fallait que ça sorte, il fallait que je le dise, que je dise ce que je pensais.

Mais ce ne sera pas en tant qu'ennemi, mais en tant qu'ami...

Une larme coula sur ma joue, puis je me tournai de nouveau vers le serpent. Il était là. J'étais prêt à frapper, lorsque la dague de Kamyu vint se planter dans l’œil de la créature, qui hurla et se décala, dans sa course, me percutant tout de même, ce qui me fit faire un joli vol sur cinq mètres. Le serpent continua son chemin et fit demi-tour à une bonne quinzaine de mètres de nous. Kamyu...

Kamyu, t'es un génie.

Je me relevai avec peine: ma jambe me faisait souffrir énormément suite à ma chute. Je pris de nouveau Tourmente, et lorsque le monstre tourna, lorsqu'il fut face à moi, je me mis en visée. Je mis ma flèche sur la corde. Il ne fallait pas que je me rate, c'était ma dernière flèche. Je bandais bien pour tirer à la perfection, lorsque je sentis en moi monter une énergie. Ça y est, ça venait, j'étais enfin prêt, j'allais le faire. Ma vision changea, me permettant de viser à la perfection le second œil du serpent. Et je décochai, espérant lui crever l’œil. Pourvu que ma flèche arrive au bon endroit. Et je m’effondra aussitôt, Salkan et Tourmente par terre. C'était bien, je ne ressentais plus aucune douleur. A part ma jambe, qui avait enflé.

Modo orthographe & Démon infirme
avatar
Afficher les informations sur le joueur et le personnage
Masquer les informations sur le joueur et le personnage
Age réel :
17
Messages :
305
Compagnon :
- Un staïpil aveugle et sans nom.
Possessions :
-Une plume obtenue d'un Griffon durant une quête. (Et ouais, une plume, qui dit mieux ?!)

Savoirs :
- Cartographie [http://origin.forumgratuit.fr/t19-quand-il-s-agit-de-retrouver-son-chemin-utopie]
- Chasse [http://origin.forumgratuit.fr/t48-et-avec-cette-corde-je-fais-quoi-utopie]
Niveau :
4
Expérience :
65
Date d'inscription :
26/06/2013
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Posté le Lun 20 Avr - 17:13.
Faîtes que ça s’arrête. Ces envies de sang, qui me dévorent de l’intérieur et me trainent dans une rage intérieure folle et suicidaire. Faîtes que s’arrête ce déluge de flammes et de pierres autour de moi, que la chaleur soit à nouveau étouffer par la terre. Faîtes qu’il pleuve. J’ai envie d’un peu d’eau sur mon visage. Faîtes que je sache enfin pourquoi je suis ici, ce qui m’a conduit à vivre ici, dans ce monde, ce qui m’a conduit jusqu’à ce fichu serpent. Faîtes que ce misérable reptile crève étouffé dans son propre sang, faîtes que je puisse déchirer chacun de ses organes, faîtes je puisse arracher chacune de ses dents. Faîtes que je sois assez fort pour vaincre tous mes ennemis. Mais rien ne s’arrête. Je veux du sang, mon sang... Tout se calcine autour de moi, des milliers de pierres volent en tous sens. Il ne pleuvra pas et je ne saurais jamais pourquoi je suis ici. Mais pire encore. Je suis trop faible pour vaincre cette bête. Trop faible pour planter une lame dans sa chair. Trop faible pour crever les deux yeux de ce monstre !

Alors Kamyu et Redstorm le firent à ma place.

Une dague de la Yokaï se planta dans le globe du serpent, et une flèche de l’Elfe acheva le travail. Simplement. Tout simplement. Mon bras pendait toujours misérablement à mon corps et mes deux compagnons étaient allongés sur le sol, inertes. Debout, je contemplais la scène. Le serpent hurlait, bougeait en tous sens, se débattait contre lui-même et contre la douleur qui irradiait de ses yeux. Sa queue battait l’air, pourfendait le moindre obstacle. Réfléchir. Ne pas compter sur les deux autres, ne plus compter sur les deux autres. Avancer. Doucement. Un pas après l’autre. Etre sûr de soi. Pas peur. Continuer. Sortir le couteau. Equiper le gantelet. Redstorm m’avait promis un combat, non pas en tant qu’ennemi mais en tant qu’ami. Je ne pouvais m’y résoudre. L’Elfe ne sera jamais mon ami, ni mon ennemi. Juste une sorte d’adversaire. Et il fallait que je lui montre ce dont j’étais capable.


Un pas après l’autre, j’avançai vers l’ennemi d’écailles et de feu, un pas après l’autre, je me rapprochai de ma proie, un pas après l’autre, j’arrivai vers la mort. J’évitai plusieurs fois la queue de l’animal, bougeant astucieusement et lentement mes membres. Le reptile siffla et fit l’unique erreur qui pouvait me donner l’avantage : Il dévoila son point faible. Un ventre seulement protégé par de la peau, rien de dur, rien que je ne pouvais pas trancher. Trancher. Trancher tout. Arracher sa peau. Broyer ses tripes. Du sang. Sang. Sang… Sang ! Je tremblais, mon corps vibrais de plaisir, de ce plaisir malsain qu’on a lorsqu’on se bat, celui qui vous prend, cette drogue funeste et sidérale qui s’insinue en vous. J’avais envie de tuer.

C’est ça. Continue. Après tu offriras à l’Elfe son combat…

Je me repris. Je n’étais pas seul ! Plus aujourd’hui. Je ne pouvais pas le tuer. Mais je pouvais faire en sorte que mes compagnons y arrivent. Je savais quoi faire. Je couru lentement vers l’animal. J’accélérai ma course, petit à petit. Plus de vitesse, toujours plus de vitesse. L’air chaud effleurait mon visage. J’avais réussi, tout à l’heure, alors pourquoi pas maintenant ? Je n’avais qu’à courir et frapper l’animal blessé si fort qu’il se renverserait. C’était simple. Ensuite, les lames le tailladeraient. Ensuite…

-Ensuite je m’abreuverai de ton sang, monstre.


La raison du plus fort est toujours la meilleure, sans force aucun rêve ne se réalise.



C'est pourquoi je dois être le plus fort, pour détruire leur raison avec mes rêves.

Fonda (folle,) sadique & Yokaï des Illusions instable
avatar
Afficher les informations sur le joueur et le personnage
Masquer les informations sur le joueur et le personnage
Age réel :
20
Messages :
707
Localisation :
Je suis nulle part et partout. Je suis là où le Vent me mène
Fiche de présentation :
http://origin.forumgratuit.fr/t8-vous-avez-dis-psychopathe-moi-je-vous-repond-kamyu-y-a-pas-mieux
Livre du destin :
http://origin.forumgratuit.fr/t69-le-livre-de-kamyu-le-destin-tourmente-d-une-jeune-ame
Âge de votre personnage :
13
Compagnon :
Kazemi, une jeune phénix bleue
Possessions :
Une robe, une cape en guise de vêtements. Une faux noire, Crystal Dark, ainsi que deux dagues avec des fourreaux reliés à deux lanières de cuir qui forment une ceinture, son pendentif, une carte offerte par Pandore, un bâton retrouvé dans sa main un beau matin, la cape de Redstorm et c'est tout.
Savoirs :
- Chasse [http://origin.forumgratuit.fr/t62-que-de-salles-quete-de-kamyu]
- Magie de soin [http://origin.forumgratuit.fr/t81-fais-ce-que-tu-veux-apres-tout-ce-n-est-pas-mon-corps]
- Poisons et antidotes (basique) [http://origin.forumgratuit.fr/t100-trefonds-tenebreux-et-farfelue-foret-morghhur-et-kamyu]
- Cuisine [http://origin.forumgratuit.fr/t104-brise-casserole-kamyu#989]
- Chant (humain et loup) [http://origin.forumgratuit.fr/t107p20-l-aria-de-l-ame-quete-kamyu]
Niveau :
4
Expérience :
1
Date d'inscription :
21/06/2013
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://origin.forumgratuit.fr
Posté le Lun 20 Avr - 18:23.
Kazemi, jeune phoenix de couleur bleue.

Elle était là, elle volait. De toute ses forces, elle agitait ses petites ailes, laissant une légère traînée bleue sur son sillage. Oiseau de feu. Phoenix. C'est ce qu'elle était, même si elle n'avait que quelques semaines. Elle avait vu, elle avait compris. Ce regard de braise, rougeoyant.. Ce regard qu'elle connaissait, désormais. Ce regard plein de questions, ce regard rempli d'incompréhension. Elle savait en lire les émotions, si transparentes dans ce regard couleur sang.. La sagesse des phoenix est éternelle. Elle se transmettrait par l'oeuf, par la pensée. Tant que les phoenix vivront, ils garderont avec eux leurs connaissances. Ainsi était leur feu. Le feu du savoir. Le feu qui brûle, illuminant la nuit, conduisant sur le chemin de la vie. Telle leur renaissance. Mais elle était encore trop petite, trop jeune. Elle ne savait pas encore, elle ne pouvait pas encore. Mais un jour, elle pourrait. En attendant, elle ne voulait pas perdre la Yokaï avec qui elle voyageait, la Yokaï qui s'occupait d'elle un peu à la manière d'une mère, même si elle devait la guider. Car elle était encore plus jeune qu'elle. Mais cette fois-ci, elle avait vu. Toute la souffrance qu'elle endurait, tous les efforts qu'elle avait mis dans ce dernier geste. Et la détermination de son regard. Il avait glissé quelque part, vers l'horizon. Alors, Kazemi avait eu foi. Kazemi avait écouté, avait suivi. Et Kazemi s'était envolée.

Le sillage bleu qu'elle laissait à chaque mouvement de sa queue, à chaque mouvement de ses ailes, déjà bien faible comparé à celui d'un adulte, disparaissait complètement dans la mare rouge que formait le ciel. La chaleur était difficilement supportable, même pour elle. Même si les autres se plaisaient à les appeler oiseaux de feu, leurs corps n'étaient pas fait de feu, mais bel et bien de chair. Eux aussi pouvaient se brûler pouvaient mourir. Comme.. Ce jour-là cette fois-là. Comme le jour où on lui avait arraché sa famille, tué sa mère, pourtant en pleine possession de ses moyens, et arraché ses frères de son nid. Comme ce jour, où cet être empli de la marque des Eléments l'avait trouvé, l'avait confié au soin de la jeune Yokaï. Elle avait eu foi en cet être, ce jour-là également. Car les Eléments sont justes, les Eléments savent. Et ce n'étaient pas eux qui massacraient, pleinement conscients de leurs actes, des êtres qui n'avaient rien fait, rien demandé, pour le simple plaisir de tuer et l'appât du gain. Elle eu une pensée pour ses frères et soeurs, qui ne connaîtraient probablement plus jamais le salut, condamnés à s’immoler, encore et encore, sans pouvoir s'échapper de cages de fer, sans pouvoir à nouveau revêtir la sagesse des phoenix. Elle redoubla de vigueur. Elle devait réussir coûte que coûte. Ou elle perdrait à nouveau un être qui lui était cher, un être qu'elle ne voulait pas perdre. Ou elle perdrait une nouvelle fois quelqu'un qu'elle considérait comme sa mère. Peut-être parce qu'elle avait partagé son repas, la première fois qu'elles s'étaient rencontrées ?

Les voilà. Ils étaient là. Nombreux. Et ils avaient trois petits avec eux. Des enfants à protéger, tout comme sa mère l'avait fait, en la recouvrant de son corps, la dissimulant à la vue des Voleurs. Alors, elle leur parla. Elle usa de toute sa conviction, de toute sa détermination, afin de parvenir à quelque chose. Et lorsqu'elle eu une réponse, elle put se poser sur l'un d'entre eux. Elle ne pouvait pas voler beaucoup plus longtemps, son corps était encore trop frêle. Mais elle les guiderait. Elle les aiderait. Et elle risquerait à son tour sa vie à leur côté. Elle leur devait bien ça.

Le rouge du ciel fut bientôt tâché de noir. Une nuée d'ailes battant furieusement s'abattit des cieux. Un coup de point bien placé avait fait son effet. Pas suffisamment pour retourner cet immonde serpent qui les répugnait, les révulsait au plus haut point, mais suffisamment pour le déstabiliser. Suffisamment des leurs avaient succombé sous les crocs de ce monstre pour qu'ils soient déterminé à leur montrer leur point de vue. A coup de bec et de serres, s'il le fallait. Et c'était bien ce qu'ils comptaient faire. Un sifflement de colère perça le ciel. Et qui chassait fut chassé. Ils étaient nombreux, et vivaient ensemble depuis assez longtemps pour se coordonner. Ce n'était pas parfait, mais ils ne laissèrent aucune chance au serpent. Les griffons forcèrent le serpent à mettre à découvert son ventre et le lacérèrent, perçant sa peau, tailladant sa chair, perforant jusqu'à ses entrailles. La bête retombera bientôt, dans un dernier hurlement de souffrance. Morte. Plus jamais, elle ne blesserait quelqu'un. Alors, les griffons se posèrent. Et l'un d'eux, sur lequel une petite créature bleue s’agrippait, s'approcha des êtres humanoïdes. Il ne lui arriverait rien. Car si il arrivait quoi que ce soit, ces êtres seraient taillés en pièce avant d'avoir pu réagir. Qu'ils leur aient permis de venger leurs frères ou non. Ils ne laisseraient pas un autre des leurs mourir inutilement aujourd'hui. Mais en attendant, il allait ramener le phoenix auprès de la personne qui l'avait recueillit, à moins que ce ne fut l'inverse, il avait du mal à cerner leur relation...


Invité

Invité
avatar
Afficher les informations sur le joueur et le personnage
Masquer les informations sur le joueur et le personnage
Revenir en haut Aller en bas
Posté le Mar 21 Avr - 11:42.
J'étais mort. Mais ça allait mieux. Bien mieux. Le laps de temps pendant lequel je m'étais reposé m'avait fait du bien. Je me sentais revivre lorsque les griffons arrivèrent. Je me sentais bien mieux lorsque j'entendis leurs battements d'ailes. Je me relevai lorsqu'ils tuèrent le serpent. Je les regardai, je les observai, Kazemi était sur l'un d'eux. C'était elle qui était allée les chercher. Je posai un genoux à terre face au griffon qui s'approchait de Kamyu et moi, et murmurai un faible "merci" à l'attention des griffons, qui avaient tué le monstre, de Kazemi, qui était allée les chercher, de Kamyu, qui avait envoyé Kazemi, et d'Utopie, qui nous avait grandement aidé, même s'il n'était pas dans un état de lucidité totale. Puis j'allai vers Kamyu, lui pris la main, mis ma ma cape sous sa main et effleurai sa joue avec ma main.

Elle est plus longue que la tienne. C'est pas grand chose, mais elle te protégera mieux du soleil et te cachera un peu mieux. La tienne est en mauvais état.

Puis je m'approchai du griffon sur lequel était Kazemi.

Kazemi... Merci. Prends soin d'elle, je compte sur toi. Nous nous reverrons, et d'ici là, tu auras sans doute grandi.

Puis je m'adressai au Griffon.

Merci à vous, pour ce que vous avez fait pour nous...

Je récupérai Tourmente et Salkan, les rangeai, m'approchai du monstre afin de récupérer la flèche plantée dans son œil, et la rangeai également.

Nos chemins se séparent ici. On se reverra.

Puis je partis, les laissant, partant de mon côté, ignorant où je comptais aller ni même où mes pas me mèneraient. J'étais couvert de terre, amoché, mais peu importait, j'étais vivant. Puis soudainement je fis volte-face.


Je peux pas laisser Kamyu comme ça. Je jure de la protéger.

Et je revins vers eux. De toute façon, il me restait une chose à accomplir: dégommer Utopie. Je sentais qu'il allait s'énerver ou vouloir se battre, alors après tout, pourquoi pas?

Modo orthographe & Démon infirme
avatar
Afficher les informations sur le joueur et le personnage
Masquer les informations sur le joueur et le personnage
Age réel :
17
Messages :
305
Compagnon :
- Un staïpil aveugle et sans nom.
Possessions :
-Une plume obtenue d'un Griffon durant une quête. (Et ouais, une plume, qui dit mieux ?!)

Savoirs :
- Cartographie [http://origin.forumgratuit.fr/t19-quand-il-s-agit-de-retrouver-son-chemin-utopie]
- Chasse [http://origin.forumgratuit.fr/t48-et-avec-cette-corde-je-fais-quoi-utopie]
Niveau :
4
Expérience :
65
Date d'inscription :
26/06/2013
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Posté le Mar 21 Avr - 19:37.
Mort ! Mort ! Complétement mort. Plus mort que ça, tu crèves. Son corps refroidissait à mesure que la tempête de serres s’abattait autour de moi. J’aurais pu résumer l’instant présent en quelques mots, quelques syllabes qui sonnaient si bien entre mes lèvres. Griffes, plumes, joie. Les griffes s’abattaient et déchiquetaient le corps inanimé du reptile, les plumes perdue dans l’attaque flottaient dans l’air, la joie m’inondait. Tout ce sang. Ces quelques gouttes qui éclaboussaient ma joue… Le sang était ma joie, la petite chose qui illuminait ma vie, faisait passer le labeur d’une journée de marche pour l’utopisme d’un instant dans un lac chaud et ensoleillé. J’étais au bord de l’extase. Une extase gâchée. Une demi-extase. J’aurais voulu le tuer moi-même. Avoir accompli la besogne, avoir cette satisfaction du travail fait. Bien fait. Des serres sur la peau, ça laisse des marques, ça déchire les viscères. C’est laid. Je commençais à détester les griffons, leur serres, leurs plumes, leur désordre.

Je sortis de ce carnage, sourire aux lèvres, et revins vers mes deux compagnons. Il y avait des priorités à tout, même à mes vices. Je devais d’abord aider Kamyu. Faire en sorte qu’elle soit debout, qu’elle vole, qu’elle s’envole, je l’en savais capable. Mais j’étais fatigué. Mes pas étaient des plaies pour mes jambes, la fumée pourrissait mes poumons, la chaleur irradiait ma peau. Mon avancée fut donc longue. Je vis Redstorm et Kamyu. Il lui donna sa cape, se dirigea vers le griffon tout proche qui portait l’oisillon de la Yokaï et remercia les deux êtres à tour de rôle. Il récupéra ses armes, sa flèche, puis s’en alla avec comme seule excuses quelques mots susurrés. Non ! Pas maintenant ! Pas encore… Il le savait pourtant. J’avais besoin de lui… De sa rage. J’avais besoin de combattre avec lui. J’étais emplie de regret. Pourquoi ?... De la tristesse… Du désespoir… Il n’était pas mon ami… Si ?... Il fit soudainement volteface.


- Je peux pas laisser Kamyu comme ça. Je jure de la protéger.

Je lui souris. Il avait bon cœur. Mon regard se figea dans le sien, j’essayais d’y mettre le plus de sentiments positifs, le plus de sympathie.

- Protéger Kamyu ? Je m’occupe de ce rôle, désolé !

Ma voix avait été chaleureuse, tout du moins je l’espérais. Je fis boire à nouveau Kamyu, la transportai à nouveau à l’ombre d’un énorme rocher arrivé là, assez loin du cadavre de la bête. Je posai ma gourde sur ses jambes allongées. Cadeau. Elle en aura surement besoin, avec sa résistance suprême à la chaleur. Son oisillon. Le griffon. Leur demander de l’aider. Je m’exécutai. Pour toute réponse, ils se dirigèrent vers l’inconsciente. Redstorm maintenant. Oui… L’heure de notre combat. De mon combat. J’étais tout proche, je lui caressai la joue puis reculai.

- On est tous les deux fatigués. On a tous les deux soifs… On en a tous les deux envie…

Je ris. De ce rire que je ne contrôle pas. J’ouvris mes bras à sa haine, à son ressentiment.

- Je te propose un truc, mon gars. Tu vois cet endroit ? Ce chaos de flammes liquides, de rochers épars, tâché du sang d’un monstre ? Il sera notre terrain de jeu, mon purgatoire ! Tu vas voir. Tu vas voir ce que c’est que de se battre contre quelqu’un qui a les mêmes faiblesses que toi, quelqu’un qui peut avoir la peau tranchée, quelqu’un qui peut avoir les os fracturés ! Sois heureux, car ce soir, tu vas devenir quelqu’un…


La raison du plus fort est toujours la meilleure, sans force aucun rêve ne se réalise.



C'est pourquoi je dois être le plus fort, pour détruire leur raison avec mes rêves.

Fonda (folle,) sadique & Yokaï des Illusions instable
avatar
Afficher les informations sur le joueur et le personnage
Masquer les informations sur le joueur et le personnage
Age réel :
20
Messages :
707
Localisation :
Je suis nulle part et partout. Je suis là où le Vent me mène
Fiche de présentation :
http://origin.forumgratuit.fr/t8-vous-avez-dis-psychopathe-moi-je-vous-repond-kamyu-y-a-pas-mieux
Livre du destin :
http://origin.forumgratuit.fr/t69-le-livre-de-kamyu-le-destin-tourmente-d-une-jeune-ame
Âge de votre personnage :
13
Compagnon :
Kazemi, une jeune phénix bleue
Possessions :
Une robe, une cape en guise de vêtements. Une faux noire, Crystal Dark, ainsi que deux dagues avec des fourreaux reliés à deux lanières de cuir qui forment une ceinture, son pendentif, une carte offerte par Pandore, un bâton retrouvé dans sa main un beau matin, la cape de Redstorm et c'est tout.
Savoirs :
- Chasse [http://origin.forumgratuit.fr/t62-que-de-salles-quete-de-kamyu]
- Magie de soin [http://origin.forumgratuit.fr/t81-fais-ce-que-tu-veux-apres-tout-ce-n-est-pas-mon-corps]
- Poisons et antidotes (basique) [http://origin.forumgratuit.fr/t100-trefonds-tenebreux-et-farfelue-foret-morghhur-et-kamyu]
- Cuisine [http://origin.forumgratuit.fr/t104-brise-casserole-kamyu#989]
- Chant (humain et loup) [http://origin.forumgratuit.fr/t107p20-l-aria-de-l-ame-quete-kamyu]
Niveau :
4
Expérience :
1
Date d'inscription :
21/06/2013
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://origin.forumgratuit.fr
Posté le Mar 21 Avr - 22:42.
[Ce rp sera pas aussi bien qu'il aurait pu l'être, vous m'en verrez navrée.]

Noir.. Le noir... Et l'obscurité. Les ténèbres, épaisses, puissantes, rassurantes. Plus de corps. Plus de pensées. Seulement mon esprit, là, au milieu de cet élément. Cette sensation de bien-être.. La même que celle que j'avais ressenti, avant d'être projetée dans ce monde. Oui.. Ici, je pouvais.. Je pouvais me reposer. Je voulais simplement dormir. J'en avais assez de lutter.. La chaleur, les cris... Tout ça, tout ça, ça m'épuisais. Dormir, simplement dormir. Rester là, au milieu des Ténèbres. C'était là qu'était ma place. C'était là que je voulais qu'elle soit. Là où je n'avais pas à réfléchir. Là où il n'y avait rien d'inconnu, rien à comprendre. Simplement le noir, et rien d'autre.

Pas de douleur. Pas de joie. Pas de souffrances. Pas de rire. Juste ces éternelles Ténèbres dans lesquelles je flottais. Pourquoi ne pouvais-je y rester..? Ma présence ne manquerait pas à grand monde. Et surtout pas si.. Oh, qu'importe. Tant que je suis ici, je n'ai pas à m'en soucier. Tant que je peux dormir.. Il n'y a rien qui m'attend, ailleurs. Surtout pas cette chaleur. Surtout pas sur ces terres hostiles. Surtout pas dans ce corps incapable de faire un pas de plus. Le noir. Seulement le noir...

Et puis, le rouge sang. Le feu. la chaleur. Partout. Des flammes. Encore des flammes. L'odeur de la mort. L'odeur de la chair carbonisée. L'odeur de la peur. L'odeur de la fumée. Une ombre, gigantesque. Et puis une autre. Rien, rien d'autre que le rouge. Dans le ciel. Au sol. Autour d'elle. Sur les murs. Partout. Des corps noirs, encore fumants. La peur. La mort. Le sang. Partout. Des cris, des larmes. La terreur et la souffrance. Rien d'autre. Jusqu'à ce que ça s’apaise, enfin. Et alors, ne reste que le noir.

Le noir. Toujours le noir. Les Ténèbres... Et dedans, seulement mon esprit. Mais non. Déjà, il fallait que mon corps, ce fichu corps m'appelle. Déjà, il fallait que je retourne dans ce monde. Déjà il fallait que mon corps m'arrache aux Ténèbres, que celles-ci me rejette. Déjà, il fallait que je retourne à mon corps, que je le sente me tirailler, que je sente la douleur cuisante provenant de mes Ailes. Que je sente les plumes cassées enfoncées dans ma chair, avant même que je ne reprenne conscience. Il fallait que je ressente la chaleur, le sol dur. Et les Ténèbres apaisantes ne furent plus rien d'autre qu'un lointain souvenir, une fois de plus.

[Prenez votre temps pour vous battre si vous voulez, faites même un rp en parallèle pour votre combat si ça vous amuse. Avant de se réveiller, Kam' a un sommeil agité. Là, elle est sur le point d'ouvrir les yeux.]


Contenu sponsorisé


Afficher les informations sur le joueur et le personnage
Masquer les informations sur le joueur et le personnage
Revenir en haut Aller en bas
Posté le .
A court de munitions ! [Libre]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2
Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Court Article // Agent libre
» Obama en chute libre ...
» Un sous-vêtement dans l'arbre [Libre]
» JEAN JUSTE LIBRE HEUREUX ! JACQUES ROCHE EST MORT POU JE'L !
» Pas sur la neige...[Libre]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Origin :: Le Monde :: Le Continent Kajitsumi :: Les Terres de Solterhâ :: La Terre du Nord-